Les trois singes de la sagesse, un important symbole vieux de deux millénaires

Trois singes mystiques

Probablement avez-vous déjà vu trois singes en figurine ou en photos dont un se bouche les oreilles, l’autre la bouche et le dernier se cache les yeux. Mais savez-vous ce que cela représente ? En occident, on a l’habitude de les voir comme des objets décoratifs, on évoque peu leur vraie signification. Bien sûr, ce ne sont pas que des objets décoratifs…

Origine

Il est difficile de dater l’apparition des premiers singes de la sagesse. Ils furent introduits dans le bouddhisme par un moine aux environs du VIIème siècle. Selon la légende, ce moine était accompagné par un singe durant ses périples. Ce moine c’est Xuanzang, un des plus importants traducteurs des textes bouddhistes en Chine. Il quitta la Chine pour partir en Inde après avoir compris qu’il était temps qu’il parte à la recherche de textes bouddhistes pour les ramener en Chine.

Toutefois, ce n’est pas lui qui inventa les singes, il se contenta juste de les faire connaitre et contribua à les développer. Les premières traces de ces « singes de la sagesse », remontent aux « Entretiens de Confucius », que l’on situe en général entre le IVème et le IIème siècle avant JC.

Les trois singes de la sagesse

Plusieurs légendes affirment que ces trois singes proviennent de la croyance japonaise Koshin. Cette dernière est fondée sur l’idée qu’en chaque être humain existent trois vers malfaisants, les Sanshi, qui une fois tous les soixante jours quittent notre corps pour aller rendre compte de nos péchés à une entité supérieure, Ten-Tei. Mais il est difficile de démêler la légende de la réalité.

De plus, une des plus vieilles représentations connues de ces trois singes, se trouve sur la façade du temple Toshogu à Nikko au Japon. Les trois singes viendraient-ils du Japon ? C’est bien possible.

Les trois singes de la sagesse

singes sur la façade du temple Toshogu

Les trois singes mystiques comme on les appelle parfois, sont nommés les sanzaru. Leur prénom sont Mizaru, Iwazaru et Kikazaru. En japonais « san » signifie trois et saru signifie le singe. Avec le temps, saru est devenu zaru donnant le mot sanzaru.  Or, ‘zaru’ est une forme négative que l’on pourrait traduire par « ne pas ». La signification couramment admise « ne voit pas, n’entend pas et ne parle pas », pourrait donc provenir d’un jeu de mots dans la langue japonaise. Par ailleurs, dans la tradition japonaise, le singe est censé chasser les mauvais esprits.

Signification

Ces singes sont supposés représenter un moyen de ne pas ressentir le mal. Le sens le plus couramment admis est le suivant : ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire. Mais est-ce vraiment aussi simple ? Une telle philosophie peut-elle être si simplement résumée ?
Pour ma part, rien de sûr.

Trois sadhus

© regardailleurs
Trois sadhus imitant les singes de la sagesse

A travers ces singes, on peut avoir une autre approche : ne pas voir le mal, ne pas entendre le mal et ne pas dire de mal. Cela s’explique par l’idée qu’à chaque fois que nous voyons le mal de nos yeux, une partie de lui s’ancre de notre corps. De la même façon en entendant le mal ou en l’évoquant, une partie de nous devient mal.
Ces trois petits singes seraient donc un appel à refuser le mal dans notre existence.

Mais ce point de vue est  contestable ; faut-il fermer les yeux sur le mal ? Faut-il ne rien dire lorsqu’une personne a de “mauvais” propos? Par le passé, de tels raisonnements ont cautionné des actes abominables…
Ce n’est certainement pas en ignorant le mal qu’il disparaîtra.
Est-ce donc cela le sens originel de ces trois singes ?
Probablement pas, mais on avance.

Singe qui réfléchit

Interprétation

De plus en plus de gens avancent une nouvelle explication un petit peu plus subtile. Plutôt que de ne rien voir ou de ne pas voir le mal, le message pourrait être le suivant : je vois tout mais je ne regarde rien, j’entends tout mais je n’écoute rien, je ne pense rien pour devenir le tout.
Autrement dit, je serais conscient de tout ce qui se passe mais je choisis de ne pasme laisser atteindre.

Pour ma part, je pense qu’on peut y voir une idée bien plus “simple” selon laquelle il faut réfléchir avant de parler systématiquement, il faut apprendre à réfléchir soi-même et non pas écouter n’importe qui et il faut savoir ne pas se fier uniquement aux yeux qui croient tout voir. Mais je suis avant tout persuadé que chacun doit y voir sa propre interprétation.
Alors, quelle est donc la vôtre?

Ces singes sont donc porteurs d’une signification bien particulière. Peut-être que nous devrions apprendre à moins les voir comme des objets décoratifs et plus comme représentants d’une philosophie de vie. Finissons avec une petite anecdote ; l’histoire raconte que la seule exception matérialiste que fit Gandhi durant sa vie, fut de garder toujours sur lui une petite sculpture de ces trois singes.

Tags: , , ,

3 Responses

  1. chaka zulus

    merci pour cette sagesse

  2. geneviève

    Pour moi, ces petits singes peuvent aussi signifier le nécessaire retournement du regard, de l’écoute, de la parole, vers le dedans… Pour accéder à le profondeur de soi, il faut faire ce mouvement, se “déconnecter” du dehors, aller à l’intérieur de soi. Pour trouver une relation juste entre le dedans et le dehors.

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top
  • J&K Tourism
  • Himachal Tourism
  • Tibetan Chamber of Commerce
  • Tibetan Entrepreneurship Development (TED)