Our Blog

Tag: Reincarnation

Qui sont les Dalaï-Lamas ? Focus sur la plus importante lignée de chefs spirituels by Stéphanie

dalai lama chat

18 July 2019

  Aujourd’hui le Dalaï Lama est devenu l’une des personnalités les plus connues de nos sociétés modernes. Son sourire communicatif, sa sagesse et ses yeux rieurs ont fait plusieurs fois le tour du monde, Sa Sainteté a rencontré la plupart des grands dirigeants et guidé de nombreuses âmes, bouddhistes ou non.   Mais saviez-vous que le titre Dalaï Lama est dérivé du langage mongol ? Y-a-t-il eu des Dalaï Lama avant même que la fonction ne soit inventée ? Quel est son rôle concrètement ? Comment est-il choisi ? Qui fût le premier d’entre eux ? Ces quelques recherches sur l’origine du mot Dalaï Lama permettront d’éclaircir le concept de Chef spirituel et temporel du Tibet. La tradition du Yon Mchod : la condition de l’existence du statut de Dalaï Lama « Yon Mchod » : relation traditionnelle de maîtres à chapelains instaurée par l’école religieuse des Sakyapa. Le dignitaire religieux est considéré comme le maître spirituel qui délivre enseignements et initiations au monarque tandis que ce dernier doit assurer la protection et l’affluence de dons pour le bien être de la doctrine. C’est le modèle tibétain idéal de relation avec les souverains étrangers. Même si ce lien perdura de manière équilibrée pendant quelques siècles, les valeurs et principes s’effritèrent laissant place à une relation de plus en plus inégale au profit des souverains.   Le terme « Dalaï Lama » : un « océan de sagesse » inventé par les mongols Altan Khan l’empereur mongol donna alors au troisième abbé de Drépoung, monastère Guélougpa, le titre de Dalaï Lama « Maître vaste comme l’océan » en 1578. ♦ Lama signifiant la désignation d’un être supérieur en tibétain. ♦ Dalaï faisant référence au mot mongol « dalai » qui signifie grande étendue d’eau traditionnellement traduit par « océan ». Attention, ça se complique ! Le premier Dalaï Lama ne serait en fait pas le premier… Explications : Les deux premiers abbés sont donc considérés comme les Dalaï Lama originaux, même si le titre n’existait pas encore au moment de l’exercice de leurs fonctions. Le premier Dalaï Lama officiellement nommé est donc en réalité le troisième de la lignée… vous suivez toujours ? Comment devient-on Dalaï Lama : réincarnation et quête de l’élu Avez-vous entendu parler des tulkous ? Ce sont eux qui sont à l’origine des Dalaï Lama qui sont tous issus de cette lignée de personnalités religieuses hautement reconnues dans […]

Lire plus

Pris dans la roue du samsāra : comprendre le cycle des réincarnations by Roxane

25 April 2019

Dans la religion bouddhiste, il n’est que deux états d’existence dans lesquels nous pouvons nous trouver : le Saṃsāra ou le Nirvana. Le saṃsāra, c’est le cycle de la succession des naissances et des décès, la vie dans laquelle nous sommes pris tant que nous n’avons pas atteint l’Eveil. On y traverse des états d’existence successifs conditionnés par l’ignorance et le karma, où règnent la souffrance et la frustration. Pour être délivré du saṃsāra, il faut atteindre le Nirvana : mode d’emploi. Qu’est-ce que le Samsāra? Le mot saṃsāra est traduit du tibétain par “cercle vicieux” : il se caractérise par une suite de renaissances au sein de différents domaines d’existence. Explications. Les phénomènes de notre existence, impermanente et imprévisible, sont régis selon les êtres en fonction de leur karma antérieur. On perçoit le monde et ses apparences à travers une conscience ignorante et le conditionnement d’un karma passé. Ces apparences font alors l’objet de nos désirs, de nos passions, de nos aversions, de tout ce qui nous pousse à agir en produisant du nouveau karma. Selon la nature de notre karma, nous vivons une existence plus ou moins heureuse ; mais quoi qu’il en soit, le bonheur n’est jamais un état durable dans le saṃsāra, d’où son caractère insatisfaisant et la nécessité d’en sortir. On dit que le saṃsāra a pour essence la vacuité, pour apparence la méprise et pour attribut premier la souffrance. Le Nirvana quant à lui est un état que l’on atteint par l’Eveil et au cours duquel on perçoit la réalité telle qu’elle est. Il existe dix liens nous attachent à la roue de l’existence : L’illusion du moi Le doute L’attachement aux rites Le désir sensuel La méchanceté Le désir de l’existence matérielle Le désir de l’existence immatérielle L’orgueil L’inquiétude L’ignorance Tant que dans notre esprit les passions et l’ignorance n’ont pas été dissipées, nous, êtres animés illusionnés, ne pouvons échapper à la succession des naissances et des décès. La réincarnation : comment ca commence & comment ca fini ? Le saṃsāra est le réservoir d’un nombre infini d’êtres animés : en tant que tel, il n’a ni commencement ni fin. Cependant, en tant que condition d’existence individuelle, il s’achève définitivement lors de la cessation des passions et de leurs causes dans notre esprit. C’est alors l’atteinte de la délivrance, de la libération de l’esprit : c’est le nirvana. Les six destinées Dans le saṃsāra, six conditions d’existence appelées « destinées » sont possibles. Les […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top