Sri Aurobindo

Sri Aurobindo

Sri Aurobindo, né Aurobindo Ghose, voit le jour en 1872. Après de brillantes études en lettres à Cambridge, il revient dans son pays et commence à étudier la culture indienne et le sanskrit. Il est emprisonné pour avoir écrit des articles critiquant les lois britanniques dans la colonie. Très tôt, il fait preuve d’une grande clairvoyance déclarant ainsi que l’ennemi principal de l’homme ne réside pas dans une force extérieure à lui mais bien intérieure qui se manifeste par la peur, l’hypocrisie et le sentimentalisme à court terme. Sa vie prend un tournant lorsqu’il rencontre Lele Maharaj, professeur de méditation et qu’à la grande surprise de ce dernier il parvient à atteindre le nirvana en 3 jours.
Après son emprisonnement, il part vivre à Pondichéry, alors enclave française, pour fuir les anglais. Dorénavant, son implication dans la vie politique ne sera que spirituelle. Son influence n’en sera que plus grande. C’est à ce moment de son existence qu’il développe la méthode d’entrainement spirituel qu’il nomme le Yoga Intégral. Selon lui, « le yoga est la vie » et ses pratiquants peuvent s’échapper de l’existence commune et dépourvue de sens. Il crée ce yoga pour chercher le changement total et intégral de la conscience et de la nature. A ses yeux, il est trop difficile pour l’Homme d’atteindre par lui-même la conscience supérieure ; son mental l’empêche d’y parvenir. C’est pourquoi son yoga marie techniques de méditation, travail sur le corps et exercices de respiration. Interrogé sur la différence entre son yoga et les autres formes classiques, il répond simplement «  mon yoga commence là où les autres finissent ».
Symbole Sri Aurobindo

Sri Aurobindo est totalement en accord avec la théorie de l’évolution de Darwin. Il va même plus loin en suggérant que l’homme n’est peut-être qu’un maillon conduisant à une espèce encore plus évoluée. Cette dernière serait pourvue d’une conscience non accessible aux humains. Toutefois, il marque une rupture dans la pensée courante ; contrairement à toutes les espèces qui nous ont précédé, nous pourrions envisager et concevoir l’espèce suivante.
Alors que la 1ère guerre mondiale éclate, il rencontre Mirra Alfassa rapidement appelée la « Mère ». Cette française passionnée par les mathématiques, les arts occultes et les arts de manière générale, est sensible à l’idée d’une conscience supérieure. Ainsi, elle voit tout de suite en Sri Aurobindo un guide chargé d’une mission. Selon lui, une synthèse entre l’Orient à la recherche constante d’une perfection spirituelle, et l’Occident à la recherche d’une société parfaite et d’une vie toujours plus développée, est nécessaire. Il voit en la Mère le moyen d’effectuer une telle synthèse. En 1926, alors que La Mère s’est définitivement installée avec lui, il fonde son ashram, qu’il voit plus comme un laboratoire pour changer la façon d’être qu’un monastère. Très vite, de nombreux disciples viennent pour vivre à ses côtés.
La Mere

A partir de 1926, il se retire dans sa chambre pour se consacrer au yoga et répondre aux nombreuses lettres qu’il reçoit. Il confie la responsabilité de l’ashram ainsi que de ses disciples à La Mère. Par la suite, il ne rentre en contact avec ses disciples que 3 ou 4 fois par an. On sait peu de ce qu’il fait dans les dernières années de sa vie autrement que par les poèmes, les lettres et les changements qu’il effectue dans ses précédents écrits. Il meurt en 1950 dans son ashram. Même après avoir quitté son corps, sa présence reste très perceptible dans son ashram et de nombreux disciples continuent de véhiculer ses idées.

Tags: , , , , , ,

Comments are closed.

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top