Sonam Wangchuk le créateur de stupas de glace

Stupa de glace

Il y a peu nous vous parlions de Chewang Norphel, ingénieur de 80 ans qui construit des glaciers pour permettre l’irrigation des champs déserts. Aujourd’hui, nous allons vous parler d’un autre ladakhi qui a décidé de lutter contre le manque d’eau dans sa région aux mois d’avril et de mai.

Un constat et une idée

Sonam Wangchuk est un ingénieur ladakhi de 49 ans. Il vit dans le village Phyang dans les environs de Leh.

Depuis quelques années il s’est mis en tête de construire des glaciers artificiels. Pour y parvenir, il a été aidé d’étudiants de la SECMOL Alternative School qu’il a lui-même fondé.

Le but est d’avoir de l’eau aux mois d’avril et de mai, mois les plus critiques pour les agriculteurs ladakhis en proie au manque d’eau. Par tradition bouddhiste dans cette région et par ressemblance aux vrais stupas, il a décidé d’appeler cela des stupas de glace.

Le principe est des plus simples ; l’eau est transportée par des canalisations depuis le ruisseau, jaillit en fontaine à l’emplacement du stupa et gèle au contact de l’air. Dans cette région du monde, il n’est pas rare que les températures atteignent -20 ou 30 degrés.

Ses constructions ont toutes la forme d’une pyramide. Cette forme pyramidale n’a pas été choisie au hasard ; elle permet de limiter l’exposition au soleil en réduisant la surface exposée. La conséquence est une fonte ralentie.

Le plus compliqué dans ce projet est la pose de canalisations résistantes. L’année dernière, l’armée indienne avait dû apporter en urgence des canalisations par avion militaire, les routes étant fermées. Les canalisations initiales avaient explosé à cause du froid.

Pour financer ce projet en 2014, Sonam a dû passer par la plateforme de crowdfunding Indiegogo. Il a collecté 119 500$ pour financer 2,5 kilomètres de canalisation.

Le résultat et l’avenir

Finalement, la pyramide-stupa de glace a atteint plus de six mètres de haut, stockant ainsi plus de cent cinquante mille litres d’eau. Elle a tenu jusqu’à la moitié du mois de mai, le but initial étant donc quasiment atteint.

À terme, le but est d’atteindre des pyramides de trente mètres de haut pouvant stocker jusqu’à plusieurs millions de litres chacune. Grâce à ces stupas, cinq mille arbustes ont pu être plantés sur une parcelle de désert appartenant aux moines de Phyang.

De plus, maintenant que les canalisations sont payées et installées, elles pourront resservir à l’avenir, ce qui signifie de belles économies à venir!
Lors de l’inauguration du stupa, Drikung Kyabgon Chetsang Rinpochey était présent. Il représente une des plus hautes réincarnations de lama du bouddhisme tibétain.

élèves devant un essai de stupa de glace

© icestupa.org étudiants devant un essai de stupa de glace

Celui que le magazine The Week a élu homme de l’année 2011 pour son apport à l’éducation des jeunes ladakhis a des grands projets, il voudrait lancer un tourisme d’hiver. Celui qui pense aux générations futures voudrait voir ouvrir une université dédiée uniquement aux enjeux d’adaptation dans l’Himalaya.
Souhaitons-lui bon courage !

Sonam Wangchuk voit loin ; il aimerait qu’il y ait quatre vingt dix stupas de glace dans la région de Phyang et des milliers partout au Ladakh. Par ailleurs, le monastère de Phyang est actuellement en discussion avec l’ONG Go Green Go Organic pour l’installation de panneaux solaires.
Si vous souhaitez voir ces stupas de glace n’hésitez pas à réserver notre voyage Les Festivals Chamaniques.

 

Tags: , , , ,

Comments are closed.

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top