Le 17ème Karmapa en visite en France en juin 2016

Sa Sainteté le 17e Karmapa, Orgyen Trinley Dorje

Sa Sainteté le 17ème Karmapa est en visite à Paris les 4 et 5 juin prochain. L’occasion pour vous de le rencontrer, et pour nous de dresser un portrait d’une des plus importantes personnalités religieuses tibétaines après le dalaï-lama.

Le Karmapa, kézako ?

Le Karmapa est le titre donné au chef de l’école Kagyupa, un des quatre grands courants majeurs du bouddhisme tibétain. Ce titre se transmet par un système de réincarnation de génération en génération comme la lignée des dalaïlamas. Il s’agit d’ailleurs de la première lignée de réincarnation d’un maître spirituel à avoir vu le jour au début du XIIème siècle. La fin de la lignée est toutefois annoncée, comme il est dit dans les enseignements de Guru Rinpoché qui affirme qu’il y aurait en tout 21 karmapas.

Le titre honorifique est pour être exact « His Holiness the Gyalwa Karmapa » qui peut se traduire par « Sa Sainteté le Karmapa ».

L’actuel leader spirituel de cette école est Sa Sainteté le 17ème Karmapa, Orgyen Trinley Dorje.

Qui es-tu, Sa Sainteté le 17ème Karmapa, Orgyen Trinley Dorje ?

Orgyen Trinley Dorje est né en 1985 dans une famille de nomades dans la région du Kham, au Tibet oriental et correspond parfaitement à la description que Chogyur Lingpa a faite du 17e Karmapa au XIXème siècle. Ce lama tibétain aurait eu en 1856 la vision prophétique des 21 incarnations du Karmapa et les détails de la vie du Dix-septième Karmapa furent annoncés avec une étonnante précision.

Voilà comment il décrit sa vision du 17e Karmapa :

« Sous un arbre verdoyant sur une montagne rocheuse
Se trouve la dix-septième incarnation du Karmapa en compagnie de Kèntin Tai Sitou.
Par la fusion de leurs esprits en un seul,
L’arbre des enseignements du Bouddha
Fleurira et portera des fruits abondants,
L’essence véritable des transmissions de Gampopa. »

Effectivement, Orgyen Trinley Dorje est découvert par Taï Sitou Rinpoché (second titre le plus important après le Karmapa) et intronisé en 1992 au monastère de Tsourphou au Tibet, siège traditionnel des Karmapas. Pour l’identifier, il s’est appuyé sur une lettre prédisant sa réincarnation découverte dans une amulette que lui aurait remise le 16e Karmapa et de nombreuses autres prédictions et preuves, dont les visions de Chogyur Lingpa. A 14 ans, il prend la décision de fuir le Tibet suite à des pressions politiques des autorités chinoises qui l’empêchent de poursuivre convenablement ses études religieuses et entreprends la dangereuse traversée de l’Himalaya. Il arrive en Inde au début de l’année 2000 et s’installe près de Dharamsala, résidence du 14e dalaï-lama, où il vit toujours. Dans son monastère de Gyuto à Sidhbari près de Dharamsala, il suit les enseignements des grands maîtres tibétains exilés en Inde, accueille des disciples du monde entier, donne des enseignements et écrit des poèmes.

Le Karmapa soutient de nombreux projets (la construction d’un hôpital aux alentours de Dharamalasa notamment) et est largement engagé dans de nombreuses causes : humanitaires, écologiques, questions environnementales au Tibet, destructions liées au séisme au Népal, souffrance animale… Il est d’ailleurs l’auteur de « 108 things you can do to help environment » où il propose 108 gestes à faire quotidiennement pour préserver l’environnement.

Il est également très impliqué pour le peuple tibétain et sa liberté et souhaite qu’avec l’inspiration du dalaï-lama « l’ensemble du peuple du Tibet sera bientôt en mesure de gagner sa liberté ». Inquiet de la répression des activités religieuses et la dilution délibérée de la culture tibétaine par les autorités chinoises au Tibet, il est aussi très engagé pour la sauvegarde de l’héritage culturel et religieux du peuple tibétain.

Il se dit même qu’Orgyen Trinley Dorje pourrait remplacer le 14e dalaï-lama en tant que chef spirituel du bouddhisme tibétain si celui-ci prenait sa retraite de chef du gouvernement tibétain en exil.

Troisième personnalité religieuse la plus importante dans le bouddhisme tibétain après le dalaï-lama et le panchen lama dans la hiérarchie, il est le premier Karmapa à être reconnu à la fois par le gouvernement chinois et le gouvernement tibétain en exil du dalaï-lama.

Orgyen Trinley Dorje Paris

Sa Sainteté le 17ème Karmapa, Orgyen Trinley Dorje

Le Karmapa en visite à Paris

Comme le Dalai Lama, le Karmapa voyage dans le monde entier pour enseigner les valeurs du bouddhisme. Pour la première fois, Sa Sainteté le 17ème Karmapa Orgyen Trinley Dorje se déplace en France, les 4 et 5 juin 2016. Durant un week-end, vous aurez l’occasion d’assister à ces conférences exceptionnelles à l’Hôtel Marriott dans le 14ème arrondissement de Paris.

Au programme :

Samedi 4 juin :

9h30-11h30 : Enseignement sur Les 4 Nobles Vérités

14h-16h : Méditation guidée

Dimanche 5 juin :

9h30-11h30 : Conférence sur le Bonheur et la Paix

14h-16h : Autonomisation du Chenrezig

 

Plus d’informations sont à venir sur le site officiel de la venue de sa Sainteté à Paris : http://karmapa-paris.org/en/home/. Les inscriptions y seront ouvertes prochainement.


Bénéficiez également des enseignements du Dalaï-Lama en réservant vite votre séjour pour participer au Kalachakra 2017.

 

Photo de couverture : © Page Facebook du Karmapa

Tags: , , , , ,

13 Responses

  1. Gill

    A noter que cet article omet d’aborder le système de reconnaissance du Karmapa qui fait intervenir la lignée des Shamarpas (coiffe rouge), deuxième plus haut enseignant de la lignée Karma Kagyü, dont les Karmapas (coiffe noire) sont indissociables. Ainsi, si Orgyen Trinley Dorje a bien été reconnu par les autorités chinoises, il n’a pas été reconnu par le 16ème Shamarpa, Koutzig Shamar Rinpotché, disparu il y a peu. En cela, Orgyen Trinley Dorje ne peut être clairement reconnu comme le 17ème Karmapa et n’est pas habilité à reconnaître lui même le prochain Shamarpa. Il y a controverse à ce sujet qui n’est pas évoquée ici.

    • norbu

      déja,ce n’est pas “koutsig” mais kunzig shamar rinpoché! ensuite le Karmapa a 4 régents, qui sont tout aussi importants que shamarpa. avant de faire son érudit, on contrôle les infos que l’on va donner. merci

      • Gill

        Bonjour Norbou
        En effet, c’est bien Kunzig et non Koutzig, à tel point que j’ignore pourquoi je l’ai écrit ainsi. N’oublions pas cepensant qu’il s’agit d’une interpretation phonetique. Pour le reste, il est également vrai que le Karmapa à quatre régents… dont le premier est le Shamarpa et lui est intimement lié. C’est ainsi que le Shamarpa est appelé à reconnaître le Karmapa et c’est ainsi que kunzig Shamar Rinpoche, seul detenteur de la coiffe rouge, reconnut Trinley Dorgé comme le 17ème Karmapa, n’en déplaise à ceux qui auraient voulu qu’il s’agisse d’Orgyen Trinley. Les manifestations d’humeur, les familiarités et l’agressivité n’y changent rien. Ceci ne relèvent ni de mon opinion, ni de celle d’un Norbou.

      • Santem

        Que d’agressivité…. etla bienveillance

  2. gaucelme

    A noter qu’il est pour le moins pernicieux, voire malhonnête, d’affirmer qu’il aurait été reconnu par les autorités chinoises. C’est une façon fort peu subtile de le décrédibiliser.
    Il aurait été à l’honneur du précédent commentateur de signaler qu’existe un autre Karmapa, suivi par un certain nombre de personnes, objectivement moins nombreuses que Orgyen Trinle.
    De surcroît, le Shamarpa est aussi une personnalité controversée, et sa désignation ne rend pas le désigné plus légitime.

    • GILL

      Bonjour
      Je vous invite à lire attentivement l’article ci-dessus, ce que vous n’avez manifestement pas fait. Vous y trouverez ce paragraphe :

      “Troisième personnalité religieuse la plus importante dans le bouddhisme tibétain après le dalaï-lama et le panchen lama dans la hiérarchie, il est le premier Karmapa à être reconnu à la fois par le gouvernement chinois et le gouvernement tibétain en exil du dalaï-lama.”

      Par ailleurs, je crois utile de préciser que le Dalaï Lama n’est pas le chef spirituel du bouddhisme tibétain mais celui de la lignée Gelugpa qui en est l’école la plus récente (XIIIème siècle).

      Enfin, Taï Sitou Rinpoché n’est pas le second titre le plus important après le Karmapa. Il est le troisième régent de la lignée et cette fonction est actuellement détenue par Péma Tönyö Nyinjé.

  3. Alain

    Cette “polémique” est connue des deux parties et de tous pratiquants. Je ne pense pas qui soit nécessaire d’en faire à nouveau l’explication.
    Libre à chacun de suivre sa voie dans la pratique du bouddhisme.
    Ensuite si il faut polémiquer seul Orgyen Trinley Dorje a été reconnu par S.S. Le Dalaï Lama comme Tulku du 16eme Karmapa.

  4. Jean-Baptiste

    Effectivement, il existe une polémique sur la reconnaissance du 17e Karmapa, comme l’a vu au XIVème siècle le 5e Karmapa, Deshin Shekpa, dans une prophétie dans laquelle il décrivait déjà les difficultés qui surviendraient à l’époque de la reconnaissance des 16e et 17e Karmapas et interprétée de diverses manières pour appuyer un candidat ou un autre.
    Les critères de reconnaissance d’un successeur (essentiellement des indications orales ou écrites laissées par le précédent karmapa, mais aussi des rêves et des intuitions de lamas, le comportement de l’enfant réincarné…) peuvent mener à la sélection de plusieurs candidats induisant parfois une controverse. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il y a un conflit de reconnaissance dans la lignée.
    Si j’ai décidé de ne pas aborder ce sujet dans cet article, c’est qu’il est pour une grande majorité de tibétains, et en particulier ceux en exil en Inde du Nord, le plus légitime. J’ai préféré insister sur l’homme plutôt que sur le titre ou la validité religieuse car au-delà de sa controverse, Orgyen Trinley Dorje est un personnage engagé dans de nombreuses causes nobles et dans la défense de son peuple, et il me semble que son action est bien plus honorable et dépasse largement le débat autour de sa prétendue légitimité spirituelle.

  5. Gill

    J’invite ceux qui voudraient voir une quelconque malice – voire de la malveillance – dans mon commentaire à se documenter de manière approfondie sur ce qu’il convient d’appeler la “controverse des Karmapas”.

    On pourra, par exemple lire cet article :
    http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2011/02/09/cercle_33290.htm
    ou encore ce texte :
    https://www.montchardon.org/site_frc/bouddhisme/contro_jps.html
    Il en existe de nombreux autres qui confirment ce que l’on savait déjà : non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille.

    Dissocier le Shamarpa du Karmapa tout autant que faire valoir la position du Dalaï Lama révèle une connaissance erronée de la lignée Kagyu. Le Dalaï Lama, à la fois chef religieux de la lignée Gelugpa, la plus récente des écoles du bouddhisme tibétain, et chef politique du gouverment tibétain en exil, a autant de légitimité à reconnaitre le Karmapa qu’en a un français à élire un chef d’état étranger… et il n’est absolument pas pernicieux de dire qu’Orgyen Trinley Dorje a été reconnu par les autorités chinoises puisque c’est une réalité. L’article ci-dessus énonce donc quelques imprécisions qui auraient du être évitées mais que l’on peut comprendre dans ce contexte tourmenté. Au delà de ces considérations, je rejoins Jean-Baptiste, particulièrement dans la conclusion de son commentaire précédent.

  6. Degay jacques

    Bonjour, il est surtout dommage que les places soient vendues entre 150 et 1000 Euros…C’est un “dâna” forcé record! Triste, où est le temps de la venue du Dalaï-Lama au Temple de Vincennes et de Joinville le pont avec entrées entièrement gratuites? 🙁

  7. pierre Bollon

    a Gill pour information ,le dalaï lama n’est pas le chef de l’école des gelugpa ,c’est l’actuel 102eme Ganden tripa Rizong se rinpoche

  8. Gill

    Exact 🙂 Merci pour cette précision

  9. anime3kage.info

    Thaye Dorje, His Holiness the h Gyalwa Karmapa, will visit Sweden, Spain and France in July and August this year.

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top