En quête de bien-être : le véritable sens du Karma

karma

Le karma, voilà un mot dont on croit saisir le sens sans pouvoir véritablement l’exprimer, et encore moins l’expérimenter. En Occident, certains d’entre vous le voient comme une destinée qui serait influencée par nos actions, d’autres comme un système de bons points qui nous permettrait d’accéder à une existence plus confortable dans une autre vie. Mais qu’en est-il réellement ? Quelle est la signification bouddhiste du Karma ? Explications :

L’origine

Le mot Karma en Sanskrit signifie faire. Par définition le Karma est donc un acte, un agissement. Mais ce qui va faire que l’on va parler de Karma plutôt que d’action est l’intention que l’on va mettre dans l’acte. Le karma donne le choix de l’agissement, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise action pour cette loi de la nature.

« Si vous voulez savoir ce que vous étiez dans les vies antérieures, regardez ce que vous êtes actuellement ; si vous voulez savoir ce que vous deviendrez dans les vies futures, regardez ce que vous faites maintenant »

Proverbe Tibétain

Une loi universelle

Que l’on le veuille ou non, que l’on y croit ou non, que l’on y pense ou non, toute loi universelle fonctionne indépendamment de notre volonté. Bien qu’il ne s’agisse ici que d’une théorie sur un plan spirituel, vous avez certainement observé, dans votre propre vie, la loi de cause à effet :

Si vous jetez une pierre dans les eaux calmes d’un lac, vous constaterez les ondulations de l’eau, plus ou moins rapides et diffuses en fonction de la taille du caillou que vous avez lancé, mais aussi de l’intensité que vous avez mis dans votre geste. Cet acte a des répercussions que vous apercevez en surface, mais aussi plus profondément même si vous ne pouvez pas le voir : vous avez sans aucun doute fait peur à tous les petits poissons qui passaient par là.artic onde

Comment fonctionne le Karma

Selon les croyances bouddhistes, il existe trois types de Karma :

  • Le karma qui donne des résultats dans cette même vie
  • le karma qui donne des résultats dans la future existence
  • le karma qui atteint d’autres réincarnations jusqu’à la sortie du cycle des naissances (atteinte de l’éveil)

Cependant, tous nos actes ne produisent pas forcément de Karma. Ce qu’il y a de plus important à comprendre ici, c’est que sans l’intention de faire le bien ou le mal, la loi n’agit pas. C’est donc bien l’intensité émotionnelle que l’on va mettre dans l’acte qui va permettre au Karma d’entrer en jeu.

Le karma ne se subit pas, il s’apprivoise

S’il y a bien une idée fausse concernant le Karma, d’un point de vue Bouddhiste, c’est que cette notion est souvent comprise comme étant une fatalité. Comme si votre destin était écrit et que rien ne puisse venir en changer le cours. Pourtant, il n’en est rien. Il n’y a pas de tableau noir sur lequel seraient comptabilisées toutes vos actions et où seraient notées les sanctions que vous obtiendrez dans une vie future. S’il est vrai que nous sommes sous l’influence de notre Karma, ce n’est pas pour autant que nous sommes impuissants et que nous pouvons pas agir sur celui-ci, bien au contraire.

En fait pour mieux le comprendre, nous pourrions trouver un synonyme à ce terme. Le mot qui s’approche le plus du Karma est “tempérament”. Cela vous aidera à réaliser votre part de responsabilité dans cet enjeu. Car c’est votre tempérament qui va influencer votre réaction face aux événements de la vie.

Imaginez-vous dans une salle de cinéma avec vos amis. Quelques mètres plus bas, un homme discute au téléphone et vous empêche d’écouter le film projeté. Quelle serait votre réaction ? Vous allez lui dire calmement d’éteindre son portable ? Vous patientez jusqu’à la fin de l’appel ? Vous marmonnez dans votre coin ou vous avez envie d’en venir aux mains ?  Nous avons tous des émotions et des réactions différentes en fonction de notre tempérament, mais nous avons le choix de porter un certain regard sur la situation ; le prendre avec humour, colère, indignation, calme, indifférence… il ne tient qu’à nous de réagir. 

Action, réaction

karma

 

C’est votre réaction, votre action, qui va influencer votre karma. L’univers recherche l’équilibre. Si vous avez l’intention de blesser, vous serez blessé à votre tour. Si vous donnez, vous recevrez. Si vous jugez, vous le serez également… ect. À la manière d’un boomerang, vous recevrez exactement ce vous sèmerez.

Toujours selon le Bouddhisme, nous nous réincarnons dans l’objectif de purifier notre karma et ce, jusqu’à avoir atteint l’éveil. Il ne tient ensuite qu’à nous de nous réincarner comme Bodhisattva, afin d’aider les humains à se purifier à leur tour et ainsi leur éviter la souffrance. Ou alors de rejoindre le Nirvâna, et d’en apprécier la récompense. Quoi qu’il en soit, faire le choix d’une vie juste et donc, de la justesse de nos actions, est l’unique garant d’une existence emplie de bonheur et de l’atteinte de l’éveil.

Faire le bon choix

S’il vous semble difficile de savoir si vous faites le bon choix, peu importe la situation, voici quelques pistes de réflexions :

• Ne réagissez pas de façon impulsive, sachez prendre du recul afin d’être conscient de vos choix.

• Observez-vous de l’extérieur, quel conseil donneriez-vous à votre meilleur ami s’il était dans votre situation ?

• Soyez à l’écoute des sensations physiques qui vous animent. La région du ventre est propice aux émotions et à l’intuition. Visualisez-vous dans vos choix et sachez discerner ce que vous indique cette partie de votre corps.

• En tentant de vous détacher de votre égo, quel sera le choix qui provoquera le plus de joie, de bonheur, à vous et à votre entourage ?

Je vous invite également à lire ou relire notre article sur le thème de “l’effet miroir : l’autre est un autre soi“, afin de mieux appréhender vos relations et ainsi vous libérer d’un karma lourd de jugement. Ne vous jugez pas non plus, nous sommes tous des apprentis sur cette terre mais si vous êtes tombés sur cet article, c’est que vous êtes guidés vers le chemin de l’éveil et que vous pouvez aider vos proches à aller dans cette même direction. Ne recherchez pas l’équilibre, incarnez-le.


Faites l’expérience d’un voyage au cœur des sagesses de l’Inde pour apporter un souffle nouveau sur votre vision de la vie.

Tags: , ,

7 Responses

  1. GIGI

    Merci Flora….Je te suis dans tes pensées…

  2. Thierry Poget - Tingdzin Lhawang

    A vous toutes et tous,
    Bonjour,

    Ce que m’a dit mon intuition concernant le karma, est que pour réussir une mauvaise action, quelle qu’elle soit, il faut disposer de suffisamment de karma positif. Ainsi une décharge de karma positif se produira et une augmentation d’énergie négative (karma négatif) se produira aussi. Où passe alors le karma positif, eh bien déjà si l’on arrive a ce que l’acte négatif n’aie pas provoqué d’incidences négatives pour nous dans notre vie et également si l’on a obtenu peut-être en plus une gratification positive découlant directement de cet action négative, nous aurons alors été rétribué de notre karma positif déchargé. Donc de prime abord si l’on pense avoir bien réussi son coup, en fait notre situation globale est plus négative qu’avant l’action négative.

    Mais par exemple ça peut me semble t’il aussi s’exprimer à travers d’autres comportements, comme un juge qui condamne une personne. Le juge peut également perdre du karma positif, dans ce cas sa décharge positive pourrait être son statut social et le salaire qu’on lui rétribue.

    Pour la partie lésée, elle voit son karma, donc sa charge négative s’alléger, ce qui est positif.

    Ainsi donc, un assassin qui est condamné peut aussi être compris à cet instant comme partie lésée, sa condamnation déchargera pour une part son karma négatif ce qui sera déjà positif en vue de sa prochaine et suivante existence.

    Je n’ai jamais rien lu correspondant à cette manière de comprendre le karma, mais j’ assume entièrement la responsabilité de cette manière de comprendre le karma.

    Bien à vous toutes et tous.

    Thierry Poget

  3. Thierry Poget - Tingdzin Lhawang Lhawang

    A vous toutes et tous,
    Bonjour,

    Ce que m’a dit mon intuition concernant le karma, est que pour réussir une mauvaise action, quelle qu’elle soit, il faut disposer de suffisamment de karma positif. Ainsi une décharge de karma positif se produira et une augmentation d’énergie négative (karma négatif) se produira aussi. Où passe alors le karma positif, eh bien déjà si l’on arrive a ce que l’acte négatif n’aie pas provoqué d’incidences négatives pour nous dans notre vie et également si l’on a obtenu peut-être en plus une gratification positive découlant directement de cet action négative, nous aurons alors été rétribué de notre karma positif déchargé. Donc de prime abord si l’on pense avoir bien réussi son coup, en fait notre situation globale est plus négative qu’avant l’action négative.

    Mais par exemple ça peut me semble t’il aussi s’exprimer à travers d’autres comportements, comme un juge qui condamne une personne. Le juge peut également perdre du karma positif, dans ce cas sa décharge positive pourrait être son statut social et le salaire qu’on lui rétribue.

    Pour la partie lésée, elle voit son karma, donc sa charge négative s’alléger, ce qui est positif.

    Ainsi donc, un assassin qui est condamné peut aussi être compris à cet instant comme partie lésée, sa condamnation déchargera pour une part son karma négatif ce qui sera déjà positif en vue de sa prochaine et suivante existence.

    Je n’ai jamais rien lu correspondant à cette manière de comprendre le karma, mais j’ assume entièrement la responsabilité de cette manière de comprendre le karma.

    Bien à vous toutes et tous.

    Thierry Poget – Tingdzin Lhawang

  4. Weiss

    Interessant!

  5. Thierry Poget

    Bonjour,

    En fait ce n’est pas seulement “intéressant”, c’est primordial à comprendre, car sans la compréhension du karma, l’on ne comprend pas où nous mènent les pratiques du bouddhisme.

    En fait pour simplifier il y a deux niveaux distinct.

    D’une part le karma et d’autre part l’actualisation dans la conscience de la Nature de l’Esprit.

    Voilà comment cela fonctionne:

    Dans le bouddhisme l’on parle d’une base incréé et non née, nommée Dharmakaya, d’où s’élève l’énergie sous la forme de lumière qui est la Sagesse auto-connaissante elle-même.

    A ce niveau énergétique lumineux l’on se trouve au niveau suivant qui est nommé Shambhogakaya, et l’union des deux forme le troisième niveau qui est appelé Nirmanakaya et qui se trouve être notre niveau de la forme et de la matière.

    A partir de là, le Bouddha a décrit sous le nom de roue des existences le Nirmanakaya.

    Dans la roue des existences nommée aussi Samsara, le Bouddha a défini six grandes catégories d’état d’existence:

    Les Dieux, les sous-dieux ou titans / assuras, les humains, les animaux, les fantômes affamés ou prétas, puis finalement au plus bas niveaux les 17 enfers froids et les 17 enfers chauds.

    L’ensemble du Samsara est régit par trois émotions de bases qui forment l’ensemble des pensées de l’ensemble des êtres “existent” dans le Samsara.

    Le désir/ jalousie-passion, l’aggressivité et celle qui est la base d’où s’élève les deux autres, l’ignorance (sur les Tankas les trois dans l’ordre sont symbolisés par un paon, un serpent et un cochon, qui se tiennent par leur queue dans la bouche du précédent. Ces trois sont aussi nommé les trois poisons.

    La loi du karma est donc ce qui régit tous les mouvements d’énergie dans le Samsara par le principe de causes qui amènent des effets. Positif, négatif, neutre, ce qui engendre tous les types d’existences qui sont dites infinies.

    Puis le Bouddha (ce qui signifie Eveillé), a instruit à ses disciples différents moyens et méthodes afin de pouvoir s’extraire du Samsara et ne plus être balotté au gré de son karma, sans fin, d’existences en existences.

    Les pratiques sont nombreuses afin est-il dit, de pouvoir correspondre à la multiplicité des êtres, c’est pour cela qu’à la base qu’existent plusieurs écoles.

    Parmi ces techniques à mettre en pratiques toutes vont dans le sens de la purification du karma, afin que par ces pratiques nous soit progressivement dévoilé la Nature de l’Esprit nommé aussi Rigpa, qui se déploie au-delà de notre esprit (sem), qui lui est régit et fonctionne sous la loi du karma et donc des trois poisons.

    Il est dit que le passage d’un mode à l’autre est le point d’où l’on ne produit plus de karma et nous garanti au minimum de ne plus jamais redescendre dans les trois mondes inférieurs:
    Animaux, prétas, enfers.

    Le saut implique que l’on ai actualisé dans sa conscience au moyen des pratiques et par le dévoilement, que nous ne sommes pas des êtres individués, soit que nous sommes à l’identique de l’ensemble du Samsara, non né et incréé.

    Pourquoi ne pouvons-nous pas êtres des individualités?

    Parce que rien dans le Sansara n’est constitué d’un seul tenant, mais tout dans le Samsara est constitué de parties et donc, cela prouve que n’existe nul part, aucune existence intrinsèque. Partant comme dit plus haut que tout ce qui s’élève dans le Samsara est le fruit de causes et d’effets.

    Maintenant vous pouvez vous accrocher à votre esprit ou à votre âme. Alexandra David-Nell qui entre 1920 et 1950 à vécu au Tibet a interrogé de manière systématique chaque lama rencontré afin de comprendre ce qui sous-tend le concept du karma et si cela n’était pas une autre manière de parler de l’âme.

    Ce qu’elle a pu par recoupement trouvé comme réponse est qu’en fait nous sommes tous constitués de différents liens d’énergie. A notre mort ces liens se séparent et un conserve l’ensemble des traces de nos actions sous la forme d’énergie.

    Ce lien énergétique attire à lui d’autres liens qui sont en correspondance et l’ensemble, comme aimanté, est attiré par une certaine forme d’énergie sous forme d’une certaine couleur, ce qui provoque notre renaissance dans un des six catégories de mondes du Samsara. Ainsi même le choix de la matrice et de nos futurs parents est régit par la loi du karma. C’est aussi pour cela que d’un tulku (être réincarné) à l’autre, il ne s’agit jamais du clone du précédent mais qu’apparaissent des différences. C’est aussi pour cela que certaines fois pour un seul grand Maître est retrouvé plusieurs incarnations.

    Bonne journée à vous toutes et tous.

    Tingdzin Lhawang / Thierry Poget

    PS: c’est pour cela qu’il est dit que tous les êtres du Samsara ont un jour déjà été notre père ou notre mère, ce qui est aussi le point de départ de l’élévation de la compassion pour tous les êtres.

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top