Défi de la semaine: 1heure de méditation quotidienne !

La méditation est une pratique très courante en Inde, et s’est très largement étendue au-delà des frontières depuis des décennies. À travers le monde on en vente les bienfaits et la recommande pour vaincre le stress et réduire l’anxiété. Par une pratique régulière, des études ont prouvé que la méditation aurait un impact sur la neuroplasticité du cerveau et permettrait d’accroître la mémoire, la créativité et la volonté. Whitney, jeune yogi, vous raconte son défi de la semaine : 1 heure de méditation par jour !

Article_Méditation-01Il est 5h28, exactement ! Et je ne sais par quelle force, mes yeux se sont ouverts. Ce fut presque instinctif. Je me suis lancé le défi hier de débuter une semaine de méditation, une heure chaque matin. Pour certains ce n’est pas grand chose, pour d’autres cela semble interminable. Je me trouvais entre les deux. Pratiquant la méditation avec une irrégularité sans pareil, je passais de méditations quotidiennes à l’absence totale –bien souvent au moment où j’en avais le plus besoin- depuis déjà deux ans.

Alors je me suis levée. Assise en tailleur devant ma fenêtre, j’ai refermé mes paupières, non pour retomber dans les bras de Morphée, mais pour me retrouver aux confins de moi-même. Presque instantanément une trompette au loin retentie. Celle de l’ashram, un peu plus haut dans mon village himalayen. On m’avait dit que tous les jours au moment où se levait le soleil, l’ashram se recueillait autour d’une méditation collective.

Ce fut comme si je les rejoignais. Peut-être cela a-t-il facilité ma concentration car pendant la première demi-heure, il ne m’a pas paru difficile de méditer. Enfin je dis demi-heure comme je pourrais dire cinq minutes. En effet, j’ai perdu toute notion du temps. Je me suis refusée à ouvrir les yeux, interdite de jeter un coup d’œil au temps qui passe. Je cherche à habiter le moment présent, sans contrainte horaire.MeditationIllu

Article_Méditation-02Le principe de la méditation étant d’être en conscience sans pensée, j’ai alors focalisé mon intention sur l’environnement qui m’entourait. En Inde, même très tôt le matin, les rues sont habitées. J’entends des chiens aboyer, un tuk-tuk passer, un coq chanter plusieurs fois. Ne serait-ce pas un comble, le chant du coq, symbole de mon pays d’origine, qui sonne à mes oreilles au milieu de ma quête spirituelle indienne ?

La musique de l’ashram couvre mes pensées… pour laisser place à d’autres. Je m’interroge. Sont-ils en train de chanter ? De prier ? Sont-ils immobiles, jambes croisées en indienne? Maintenant des tambours s’animent un peu plus bas. Ce que je pensais être une aide, devient alors une distraction. « Laissez passer les pensées comme des nuages ». C’est ce que m’avait appris ma professeur de méditation. Selon Ecktar Tolle et son livre Le Pouvoir du moment présent, il ne s’agit pas de renier ses pensées mais bien de les accepter, et de se positionner en tant qu’observateur et non interlocuteur. Le simple fait d’être conscient de son égarement est un retour à l’instant présent.

Article_Méditation-03Après mon esprit, c’est mon corps qui me joue des tours. Je dois lutter contre une furieuse envie de me titiller le visage. C’est comme si plus rien d’autre n’existait. Je ne sens que ça, ne pense qu’à ça et l’interdit amplifie mon impatience. Je résiste tant bien que mal, posant mon attention sur ma respiration. Inhaler les énergies positives, expirer les énergies négatives. Au bout de quelques respirations, ma démangeaison a disparu. Me reviens alors cette phrase, un leitmotiv bouddhiste qui prend tout à coup tout son sens. « Tout est impermanent ». J’ajouterais même que tout est mental. Si je n’avais pas identifié cette envie comme dérangeante, je n’aurais sûrement pas passé plus d’un quart de seconde à être perturbée par celle-ci.

L’heure s’est arrêtée. Il me semble. Cela fait 15 minutes que je me dis que ce sont les dernières secondes. Encore une fois tout est fictif, ce timing est totalement construit. Mon mental cherche ses repères. Quelle ironie quand on aspire au lâcher prise !

Article_Méditation-04Les jours s’enchainent mais aucun ne se ressemble. Un jour j’honore la méditation, lui offrant toute ma gratitude pour le bien qu’elle me procure. Le lendemain, dans une opposition sans pareil, je maudis ce défi que je me suis lancée et résiste à l’appel du sommeil aussi férocement qu’un lion en cage face à une proie ambulante. La discipline : discipliner mes pensées, discipliner mon corps, discipliner mon attente. Chaque jour, les 60 minutes de recueillement au cœur de moi-même m’enseignent une nouvelle leçon. On dit que les réponses se trouvent en nous, aux portes du silence. C’est certainement ce qui se produit et j’en suis témoin tout au long de la journée. Mon esprit est apaisé, j’ai cessé ces questionnements sans fins sur ce qui m’entoure et me contente d’observer et d’apprécier ce qui est, sans tenter de tout comprendre. J’ai beaucoup plus d’espace, je me sens plus libre et en même temps plus concentrée au cours de mes tâches quotidiennes. Je dédie plus d’attention à ce que je fais, quand je le fais, au moment présent.

MEDITATION-Whitney

Article_Méditation-05-À la fin de cette semaine de méditation, je me suis octroyée une grasse matinée. Me réveillant aux alentours d’onze heures dans un brouillard épais, je fus désorientée de ne pas apercevoir cette douce lumière dont jouit ma chambre aux heures matinales. Le reste de la journée me sembla moins productif. Il manquait quelque chose. Bien que je puisse encore ressentir les bénéfices de cette semaine méditative, ce fut comme si mon esprit n’avait pas été nourrit. Au bout de quelques jours sans méditation, je pus reconnaître les signes de l’impatience refaire surface, mon trop-plein de pensées s’immiscer à nouveau dans mon esprit, mon attention se perdre au milieu de mes égarements. Le lien avec l’absence de méditation était évident, j’avais besoin d’un temps pour me ressourcer.

Alors j’ai repris mon rituel méditatif, non sous forme de défi cette fois mais bien avec une réelle conviction. Aujourd’hui je n’ai plus de règles. C’est en toute liberté que je médite entre un quart d’heure et une heure par jour, selon les nécessités de mon esprit. J’apprends à être tolérante avec moi-même, j’apprends à suivre le flow sans contrainte. Je savoure ce moment de silence, j’en retire énergie et apaisement pour démarrer ma journée en accord avec mon être intérieur.

De nombreuses techniques de méditation se sont développées au fil des années, selon les différentes cultures, toutes aussi légitimes les unes que les autres. Comme le décrit si bien Yumi Sakugawa, au travers de son livre d’illustrations, There is no right way to meditate, autrement dit « il n’y a pas de bonne façon de méditer », tout est méditation. À chacun de trouver sa propre façon de se recueillir afin de ne faire plus qu’un avec son fort intérieur.

 


Texte par Whitney Agui

Illustrations Charly Mangourny


Pratiquez la méditation au coeur des Terres sacrées du Ladakh avec Lhamo Chokyi, femme Chamane

 

Tags: , , , , ,

2 Responses

  1. Nom (requis)

    Bravo !

  2. Josy

    Tout à fait! Bravo!

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top