Our Blog

S’inspirer

Auroville la ville communautaire et son centre de méditation le Matrimandir by Cyril

Matrimandir

18 September 2015

Né de l’imagination et de la volonté d’une femme extraordinaire, La Mère, Auroville est un projet très ambitieux d’organisation communautaire où aucune nation ne peut revendiquer la propriété. Les humains y vivant ne se revendiquent citoyen d’aucun pays si ce n’est du monde. Pour devenir un Aurovilien à part entière, aucun habitant déjà installé ne doit s’y opposer. Le but étant de préserver le calme et la sérénité dans la communauté. Un état d’esprit ouvert et centré sur l’unité humaine ainsi que la « volonté de collaborer à l’avènement de cette unité » sont nécessaires. Aucune distinction de nationalité, d’origine, de religion ou de croyance n’est faite, l’important étant de se sentir appartenir à l’humanité. La spiritualité doit être au cœur de la vie et toute notion de hiérarchie doit être oubliée, les citoyens n’obéissant qu’à une seule entité : la Vérité Absolue.   Dans la mesure du possible, l’idée même de monnaie doit être proscrite ce qui explique que toutes les activités sociales sont entièrement gratuites. D’ailleurs, l’éducation dispensée aux enfants doit leur permettre de se développer tout en restant eux-mêmes et en aucune façon d’obtenir un diplôme. Le but est qu’il développe de nouvelles facultés et qu’ils ne cessent de compléter celles déjà présentes en eux. C’est donc une éducation qui se veut fondée sur l’avenir, sur « ce que nous espérons recevoir du futur » et non pas sur « ce que nous pensons du passé ». Dans un monde toujours plus monétarisé et financier, Auroville renie toute spéculation, emprunts ou bénéfice. Seule la volonté profonde d’effectuer un progrès intérieur doit prédominer. Bien qu’ayant des interactions avec le monde extérieur, la ville cherche à être autonome. L’économie intérieure est d’ailleurs basée sur l’échange de services et de bons procédés, aucune monnaie n’ayant cours dans la ville. Le modèle de société en place à Auroville fonctionne si bien que le gouvernement indien a fait appel à des Auroviliens pour organiser des séminaires et des stages de formation à l’extérieur de la ville. Au centre de la ville se trouve le Matrimandir, véritable âme d’Auroville. Littéralement « le temple de la mère », ce bâtiment a l’apparence d’un énorme globe doré. Il est dédié à la méditation et à l’élévation spirituelle et sa réputation dépasse bien largement les limites de la ville. La Mère le conçu pour permettre à l’humanité d’accéder à la conscience supérieure. Il se compose d’une chambre intérieure, dont la mère eut la vision, ainsi […]

Lire plus

Enseignements spirituels au Ladakh en Inde par Sakya Trizin by Stéphanie

Enseignements spirituels au Ladakh avec Omalaya

05 July 2015

Depuis deux jours, le village de Choglamsar, situé à 8km de Leh, capitale du Ladakh, est sujet à un impressionnant spectacle : plus de quatre mille personnes se regroupent en silence sur la place de Jivetsal pour suivre les enseignements  spirituels bouddhistes qui y sont librement dispensés. Résultat d’une collaboration étroite entre la Ladakh Buddhist Association, la Ladakh Gonpa Association et le Monastère Matho, cet évènement rassemble les quatre courants du Bouddhisme – les Ningmapa, les Gelukpa, les Kagyupa et les Sakyapa -sous la tutelle de Sa Sainteté Sakya Trizin, le maitre de ces derniers. Se déroulant sur quatre jours, ce rassemblement a pour but de présenter les plus hauts concepts du bouddhisme  afin de les rendre compréhensibles pour les fidèles n’ayant, en temps normal, pas d’accès direct à ces enseignements. Les textes sacrés sont  explicités et discutés par les lamas présents sur l’imposante scène. Ces lectures sont entrecoupées par la psalmodie de mantras, et l’écoute de chants religieux. Durant tout ce temps, certains moines se consacrent à la réalisation d’un mandala de sable coloré, qui sera ensuite laissé à la vue des fidèles durant une semaine entière. Métaphore de la qualité éphémère de toute chose, cette œuvre sera ensuite détruite, et seul son souvenir subsistera. Le temps a beau ne pas être au beau fixe, la pluie n’entache en rien la ferveur des participants. Et les jeux d’ombre et de lumière, créés par les nuages entre éclaircies et averses, imposent de saisissants contrastes à la scène, amplifiant les sublimes patchworks de couleurs générés par le fleurissement de centaines de parapluies multicolores, le tout répondant aux couleurs vives des moines et des drapeaux de prières, ainsi qu’aux noirs profonds orant les habits locaux traditionnels. Mais le moment le plus touchant c’est  l’ambiance surnaturelle qui jaillit lorsque la rencontre des éléments donne naissance à un gigantesque arc-en-ciel au moment où la foule se targue du plus connu des mantras : Om Mani Padme Hum.  

Lire plus

Des nonnes par delà les cols by Stéphanie

Des nonnes par dela les cols

11 June 2015

Caroline Riegel a passé un hiver au cœur du Zanskar chez des nonnes bouddhistes. Sept ans plus tard, cette rencontre s’est transformée en un beau projet : celui de permettre aux nonnes de découvrir leur pays, l’Inde. Le Zanskar, région reculée de l’extrême Nord de l’Inde, est totalement coupé du monde pendant 8 mois de l’année à cause de la neige. Les nonnes de cette région sont donc particulièrement isolées. De ce beau projet est né un film, Semeuses de joie, dont les sourires des nonnes illuminent toutes les étapes, des préparatifs à leur retour au Zanskar, en passant par leur pèlerinage ! Un beau projet à découvrir ! En voici le teaser : Vous pourrez retrouver l’intégralité du film au festival Bivouac d’Albertville, le 16 octobre 2015, mais en attendant, découvrez le site de Caroline Riegel…

Lire plus

3 questions à Geshe Tenzin by Julianne

Geshe Tenzin

25 May 2015

Tenzin a étudié le bouddhisme tantrique pendant plus de 30 ans, ce qui lui a valu le titre de Geshe Ngarampa, plus haut degré d’étude honoré dans la tradition Geloukpa. Les enseignements qu’il a reçu, les techniques qu’il a appris, il les a partagés aux quatre coins du monde, de l’Europe aux Etats-Unis, en passant par la Russie. Rencontre avec un homme qui dédie une partie de sa vie au partage de la tradition spirituelle bouddhiste. Vous avez voyagé aux quatre coins du monde, de l’Europe aux Etats-Unis en passant par la Russie. Apprend t-on en voyageant ? Oui. Lorsque j’ai voyagé, je me suis familiarisé avec de nouvelles idées, j’ai pu découvrir d’autres points de vue. J’ai aussi constaté que les gens étaient différents. Ils exprimaient leurs problèmes plus facilement, ils partageaient leur douleur. Leurs problèmes étaient également d’une autre nature. Les problèmes des gens que je côtoie d’habitude sont d’avantage des problèmes d’argent, matériels. Quand j’ai voyagé, les difficultés des personnes que je rencontrais touchaient au relationnel, que ce soit dans le cadre familial ou professionnel. Voyager m’a donné l’opportunité d’échanger avec les gens, et d’essayer de leur apporter un autre point de vue et peut être de les aider. Vous accompagnerez nos voyageurs pendant tout le Kalachakra : pouvez vous nous dire quelle est la particularité de cet enseignement ? Le Kalachakra est une initiation tantrique. Cette dernière dispense une méthode pour permettre à chacun de se connecter aux énergies, en particulier celle de la déité du Kalachakra. Cette déité du Kalachakra ne fait qu’un avec ce que l’on pourrait appeler notre esprit énergétique. Le bouddhisme distingue en effet trois niveaux de l’esprit humain. La progression spirituelle nous amène de l’esprit commun, celui que l’on sollicite au quotidien, avec son flux mouvant de pensées, à notre esprit énergétique, niveau le plus subtil. L’esprit énergétique, à la différence de l’esprit commun, instable, soumis au va-et-vient des pensées, est  quant à lui marqué par la stabilité, la paix. En résumé, l’initiation de Kalachakra fournit les outils pour développer la Bodhicitta, l’esprit d’éveil. En 2016, le Kalachakra aura lieu à Bodhgaya, dans l’Etat du Bihar, en Inde. Pouvez vous nous dire pourquoi Bodhgaya est une ville sacrée ? Bodhgaya est la ville où le Bouddha a atteint l’éveil au terme de sa méditation sous l’arbre de la bodhi. C’est l’étape la plus importante de la vie du Bouddha. Depuis, la ville a vu se […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top