Our Blog

Ressentir

Le lac du Lotus : histoire d’un lac sacré du nord de l’Inde by Cyril

Lac de Rewalsar

18 November 2015

Situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Mandi au nord de l’Inde, le lac du Lotus ou Rewalsar pour les indiens, est appelé Tso Pema par les Tibétains. Beaucoup de poissons y vivent et sautent presque en dehors de l’eau pour manger la nourriture jetée par les nombreux pèlerins. Le lac étant sacré, les poissons le sont tout autant, ce qui explique que personne ne les mange. En effet, l’histoire de ce lac saint est des plus particulières… Un jour, Padmasambhava, un maître tantrique plus connu sous le nom de Guru Rimpoche, enseignait le tantra à sa compagne, la princesse Mandarava, fille du roi de Mandi, dans une des grottes secrètes de la région. Son père, insulté que sa fille pratique de tels agissements avec cet homme, les retrouva et les brûla. Padmasambhava transforma alors les flammes du brasier qui s’échappaient d’eux en un lac. Il réapparut au centre du lac sur une fleur de lotus. Le roi se repentit donc de ses actions et offrit sa fille en mariage au sage. Par la suite, il se servit de son immense pouvoir pour prendre son envol vers le Tibet où il propagea la religion bouddhiste, dans une région jusqu’alors attachée à la croyance Bön. Ce sage est particulièrement adoré par le courant bouddhiste Nyingmapa car il est reconnu comme le deuxième bouddha. Ce lac est un lieu particulièrement sacré car il est adoré par les bouddhistes, mais aussi les sikhs et les hindous. Ces derniers le vénèrent car le sage Lomas s’y est établi alors qu’il cherchait un lieu pour adorer Shiva. Sur les rives du lac du Lotus, on peut d’ailleurs trouver 3 temples hindouistes dédiés à Shiva, Krishna et au sage Lomas.. Les sikhs reconnaissent également ce lieu comme sacré car au 17ème siècle, leur dixième guru, Gobind Singh, vint en cet endroit pour appeler les hindous à les rejoindre afin de lutter contre les Mongoles. Finalement, les tibétains, les sikhs et les hindous se rejoignirent ici pour organiser, en vain, leur résistance contre l’envahisseur Mongol. En plus de trouver des temples hindouistes, les rives de Rewalsar abritent trois monastères bouddhistes. L’un d’entre eux, le gompa de Drikung Kagyu, contribue pour beaucoup à la réputation du lac. Il s’agit d’un monastère tibétain ocre rouge, réputé pour son académie d’études bouddhiques et sa grande statue de Bouddha. Sur la colline en surplomb trône une majestueuse statue dorée de plus de 37 mètres de haut […]

Lire plus

Le temple d’Akshardham by Cyril

Temple Akshardham

17 November 2015

Le temple d’Akshardham est l’un des plus grands temples du monde dédié à l’hindouisme, Akshardham signifiant la demeure de Dieu. Inauguré en Novembre 2005 à Delhi, ce majestueux temple est visité  par 70% des touristes présents dans la capitale. Il aura fallu plus de 300 millions d’heures de travail pour sa construction, mobilisant 11 000 artisans et volontaires. Fait remarquable : il fut achevé en à peine 5 ans, prouvant ainsi la dévotion de ces milliers de personnes ayant contribué à bâtir l’un des plus beau temple Hindous. Ce complexe spectaculaire est organisé autour d’un bâtiment principal : le Mandir. Fait de marbre et de grès rose, sa construction est basée sur 9 domes, ce qui le rend d’autant plus impressionnant. Tout autour, se trouvent de somptueux jardins ainsi qu’un magnifique lac, on y trouve même une fontaine musicale. Plus de 20 000 reproductions de divinités ont été gravés dans l’enceinte du temple. Dans les jardins, se trouvent un immense bassin en forme de fleur de lotus, cerné de plus petits bassins, imageant les pétales de lotus. Tout autour sont placés des escaliers afin que les indiens observent les nombreux spectacles qui se déroulent au centre. Cela a été pensé afin de rappeler aux indiens le glorieux passé mathématique de leur nation. L’entrée au temple d’Akshardham est gratuite, seules les animations y sont payantes, comme le water show par exemple, un véritable ballet aquatique . L’importance spirituelle et idéologique de ce temple ainsi que sa magnificence explique que les fidèles pratiquent le parikrama : ils marchent autour du temple dans le sens des aiguilles d’une montre tout autour du Mandir, cœur du temple. Effectuée avec le cœur rempli de sagesse et de compassion, cette marche a pour but de purifier le karma et de permettre à l’âme d’atteindre la révélation divine. Le temple d’Akshardham a été pensé par Swami Pramukh Maharaj. Il a pour but de promouvoir les valeurs de l’hindouisme et ses traditions. Pour y parvenir, les concepteurs ont fait appel aux moyens modernes : à l’intérieur, figures de cire et écrans multimédias se succèdent pour faire remonter les visiteurs à travers l’histoire de l’hindouisme. Ainsi, traditions croyances et arts s’entremêlent pour faire découvrir une culture plusieurs fois millénaire. C’est un hommage rendu à tous les indiens, leur prouvant qu’ils appartiennent à une civilisation qui a influencé l’intégralité du monde. L’image qui se dégage du temple d’Akshardham est impressionnante ; nul ne peut rester impassible devant un tel […]

Lire plus

Science et Bouddhisme by Cyril

Bouddha et le chemin

27 October 2015

Aucune religion ne peut revendiquer d’avoir autant de liens avec la science que le bouddhisme. Situé quelque part entre religion et philosophie de vie, le bouddhisme relève d’une démarche expérimentale. La connaissance est un élément fondamental dans le bouddhisme et la science. Alors que les mystères d’hier sont les certitudes de la science d’aujourd’hui, cette dernière est sans cesse remise en question par une démarche expérimentale. En ça, le bouddhisme semble être le penchant idéologique de la science car cette philosophie est toujours prête à se remettre en question si un fait étayé, prouvé, venait démontrer qu’une croyance est erronée. Sa Sainteté le 14ème Dalaï-Lama lui-même, a déclaré que le jour où la science prouverait l’erreur du bouddhisme, il serait le premier à remettre son système philosophique en question. Ainsi, rien d’étonnant à ce que le Dalaï-Lama soit un des membres fondateurs du Mind and Life Institute. Cet institut cherche à comprendre de manière scientifique l’esprit humain et à diminuer les souffrances. Cet organisme a été créé sur l’idée que la science est le moyen privilégié de l’étude de la réalité. L’idée que la méditation (contemplative ou non) offre non seulement de nouvelles méthodes d’investigation sur l’esprit humain, mais aussi qu’elle puisse contribuer directement à un plus grand bonheur intérieur est de plus en plus présente. Chaque année, à l’occasion du Mind and Life Summer Research Institute (MLSRI), des neurologues, des spécialistes du comportement, des cliniciens ainsi que des moines bouddhistes, se regroupent pour étudier l’influence positive que la méditation et la contemplation ont sur l’esprit et la santé. Par ailleurs, tous les deux ans est organisé l’International Symposium for Contemplative Studies (qui se tiendra en Novembre 2016) afin de réunir, autour d’une table, la science, l’éducation, les arts et la méditation en vue de trouver des moyens d’augmenter le bien-être des humains. Pour les bouddhistes, toute créature peut atteindre l’éveil, un bouddha ne désignant qu’une créature qui s’est éveillée à la conscience. D’ailleurs, le mot provient du terme sanskrit « Bud » lequel signifie connaître. La vérité est à atteindre soi-même. De plus, dans la croyance bouddhiste, méditer signifie s’habituer, se cultiver, se familiariser avec une nouvelle façon d’être et d’envisager le monde qui nous entoure. 0n sait maintenant que le cerveau humain peut être modifié par un entrainement particulier. On peut donc conditionner notre esprit au bonheur et à la compassion, même si le chemin pour y parvenir reste de […]

Lire plus

Sri Aurobindo by Cyril

Sri Aurobindo

21 October 2015

Sri Aurobindo, né Aurobindo Ghose, voit le jour en 1872. Après de brillantes études en lettres à Cambridge, il revient dans son pays et commence à étudier la culture indienne et le sanskrit. Il est emprisonné pour avoir écrit des articles critiquant les lois britanniques dans la colonie. Très tôt, il fait preuve d’une grande clairvoyance déclarant ainsi que l’ennemi principal de l’homme ne réside pas dans une force extérieure à lui mais bien intérieure qui se manifeste par la peur, l’hypocrisie et le sentimentalisme à court terme. Sa vie prend un tournant lorsqu’il rencontre Lele Maharaj, professeur de méditation et qu’à la grande surprise de ce dernier il parvient à atteindre le nirvana en 3 jours. Après son emprisonnement, il part vivre à Pondichéry, alors enclave française, pour fuir les anglais. Dorénavant, son implication dans la vie politique ne sera que spirituelle. Son influence n’en sera que plus grande. C’est à ce moment de son existence qu’il développe la méthode d’entrainement spirituel qu’il nomme le Yoga Intégral. Selon lui, « le yoga est la vie » et ses pratiquants peuvent s’échapper de l’existence commune et dépourvue de sens. Il crée ce yoga pour chercher le changement total et intégral de la conscience et de la nature. A ses yeux, il est trop difficile pour l’Homme d’atteindre par lui-même la conscience supérieure ; son mental l’empêche d’y parvenir. C’est pourquoi son yoga marie techniques de méditation, travail sur le corps et exercices de respiration. Interrogé sur la différence entre son yoga et les autres formes classiques, il répond simplement «  mon yoga commence là où les autres finissent ». Sri Aurobindo est totalement en accord avec la théorie de l’évolution de Darwin. Il va même plus loin en suggérant que l’homme n’est peut-être qu’un maillon conduisant à une espèce encore plus évoluée. Cette dernière serait pourvue d’une conscience non accessible aux humains. Toutefois, il marque une rupture dans la pensée courante ; contrairement à toutes les espèces qui nous ont précédé, nous pourrions envisager et concevoir l’espèce suivante. Alors que la 1ère guerre mondiale éclate, il rencontre Mirra Alfassa rapidement appelée la « Mère ». Cette française passionnée par les mathématiques, les arts occultes et les arts de manière générale, est sensible à l’idée d’une conscience supérieure. Ainsi, elle voit tout de suite en Sri Aurobindo un guide chargé d’une mission. Selon lui, une synthèse entre l’Orient à la recherche constante d’une perfection spirituelle, […]

Lire plus

Sri Ramana Maharshi by Cyril

20 October 2015

Sri Ramana est né en 1879 dans le sud de l’Inde. Jusqu’à l’âge de 16 ans, c’est un enfant ordinaire plus porté sur le sport que sur les études. Un jour, il entend son grand frère parler d’une montagne dans le sud de l’Inde. Cette montagne c’est Arunachala, la montagne sacrée de Shiva. Immédiatement le nom de cette montagne provoque une révélation en lui. Quelques temps plus tard il est submergé par un étrange pressentiment. Il ressent la présence de la mort et comprend qu’elle approche. C’est le tournant décisif de sa vie. Il se sent oppressé par cette impression que la mort arrive soudainement. Alors, il commence à méditer sur la nature profonde du « je », se demandant si son corps n’est pas distinct de lui. Il prend conscience que son esprit va bien plus loin que le corps qu’il peut donc abandonner. Il commence à méditer et à rechercher la conscience de lui-même, accordant peu d’attention à son enveloppe charnelle. Il est désormais habité par la conviction que l’esprit ne peut pas être touché par la mort. A la suite de cette révélation, le départ pour Arunachala survient. Durant le reste de sa vie il ne quitte plus cette montagne, qu’il considère essentielle à son élévation spirituelle. Alors il part de chez lui avec très peu d’affaires, juste de quoi payer le billet pour se rendre à la montagne. Une fois arrivé, il s’installe dans un temple aux pieds de celle-ci. Il a 20 ans. Jour et nuit il est en transe devant l’autel de Shiva et se nourrit très peu. Sri Ramana refuse de manger ce qui n’est pas dans sa main ou sa bouche obligeant les gens autour de lui à le nourrir. Rapidement, un sage, dans la religion hindouiste, le remarque et voit avec quelle constance il se livre au samadhi. Il décide de l’aider et lui fournit par exemple, de la nourriture. Assez tôt un disciple voit en lui un véritable guide spirituel. Le principal enseignement de cet homme se fait à travers le silence. Il ne dit rien mais l’aura qu’il dégage est si intense qu’on se sent enclin en sa présence, à se plonger dans la recherche de la conscience profonde. Au bout de quelques années il décide de partir dans la montagne s’installer dans une grotte. Il y passe plus de 20 ans. Au début des années 40, il décide de redescendre […]

Lire plus

Arunachala, la montagnée sacrée de Shiva by Cyril

Arunachala

23 September 2015

Arunachala, montagne sacrée du sud de l’Inde dans l’état du Tamil Nadu a rassemblé pendant des millénaires saints, ascètes, chercheurs de vérité et sages tel que Ramana Maharshi. Pourtant ce lieu reste peu connu. « Tout comme la lune tire sa lumière du soleil, d’autres lieux saints devront tirer leur caractère sacré d’Arunachala. C’est le seul endroit où j’ai pris cette  forme pour le bénéfice de ceux qui veulent m’adorer et obtenir l’illumination spirituelle. Arunachala est Om incarné, j’apparaitrai sur le sommet de cette colline chaque année à Kartigai sous la forme d’un phare signifiant la paix.» Shiva   Selon le Rig Veda, un des quatre textes sacrés de l’hindouisme, Vishnu et Brahma s’affrontèrent à cet endroit pour déterminer lequel des deux était le plus fort. Pour mettre fin à ces querelles d’égos, lord Shiva (lequel sera plus tard manifesté sur terre par le lingam) se manifesta en une colonne de lumière, à l’endroit de l’actuelle montagne. Ainsi, Il est dit qu’Arunachala est la manifestation de Shiva lui-même et que le seul fait de penser à cette montagne apporte la réalisation de la vérité et l’union avec le Suprême. C’est pourquoi ce lieu est un endroit sacré, garant de spiritualité et de sagesse. Alors que beaucoup de lieux sacrés sont des demeures de Shiva, Arunachala est son cœur. Le choix de s’incarner sous la forme d’une montagne est dû à l’importance que revêt la forme aux yeux des humains, cela leur permettant de venir adorer la divinité et d’obtenir l’illumination spirituelle.   Au pied de la montagne se trouve un temple dédié à Shiva qui aurait dit: « … ici je demeure toujours en tant que le Suprême. Souviens-toi qu’à l’intérieur de mon cœur est la gloire transcendante, de même que toute les jouissances du monde. Ce glorieux Arunachala est la montagne dont la simple vue suffit à enlever tous les démérites qui divisent l’Etre en égos  et mondes finis. Ce qui ne peut être acquis sans peines interminables est facilement atteint par tous ceux qui peuvent soit apercevoir directement cette montagne, soit même y penser mentalement de loin…» Tout autour de cette montagne et du temple s’est développée une ville, Tiruvannamalai. De nombreux pèlerins racontent des expériences profondes sur ces terres à l’énergie transcendante: manifestation d’arc en ciel, révélation intérieure, reconnaissance de la vraie nature de l’esprit, transformations et guérisons de toutes sortes. La légende raconte qu’être présent dans […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top