À la découverte de Brahmā, le dieu créateur aux quatre visages

Brahma బ్రహ్మ

Dieu créateur de l’univers dans la religion hindouiste, Brahmā est le membre premier de la Trimurti, c’est-à-dire de la trinité des déités hindoues majeures, aussi composée de Vishnou et Shiva. Surnommé “l’indescriptible”, il est la personnification de la notion abstraite de Brahman dont tous les dieux de la religion hindoue ne sont que des facettes. Vaste affaire que d’appréhender cette divinité aux multiples membres !

Les origines et les attributs de Brahmā

Brahma

Brahmā est souvent représenté sur un trône en forme de lotus avec une barbe. Celle-ci est le reflet de sa grande sagesse. Si elle est longue, c’est pour signifier que la création est un processus éternel.

La monture de Brahmā le créateur est une oie ou un cygne. Les couleurs qui lui sont associées sont le rouge et l’or.

Il porte avec lui quatre objets chargés symboliquement :

  • un pot d’eau symbolisant l’énergie cosmique grâce à laquelle il crée l’univers
  • un rosaire pour représenter le cycle du temps, de la création du monde à sa dissolution
  • une cuillère sacrificielle pour le relier aux prêtres brahmanes et à leurs offrandes
  • un livre sacré pour signifier que la connaissance est nécessaire à la création le monde

Ce personnage riche et énigmatique est représenté avec quatre têtes et quatre bras. Pourquoi ?

  • Ses quatre bras représentent les quatre points cardinaux. On dit aussi qu’ils renvoient à son omnipotence et son omniprésence.
  • Ses quatre mains symbolisent respectivement l’ego, la conscience, l’esprit et l’intelligence.
  • Ses quatre têtes correspondent aux quatre Veda qui sont la connaissance sacrée.

Mais on explique aussi qu’il ait quatre têtes par une légende amusante.

brahmaheads

Alors qu’il crée l’univers, Brahmā engendre Shatarupā (aussi connue sous le nom de Sarasvati), une déité féminine non désagréable à regarder dont il tombe immédiatement amoureux. Shatarupā, avenante mais prude, tente de se dérober aux regards insistants de ce vieil homme barbu. Ce dernier, malin et puissant comme il est, décide de se créer cinq têtes pour pouvoir observer les formes généreuses de son oeuvre partout où elle se cache.

Shiva, dieu de la destruction, ne voit pas d’un bon oeil cette attitude excessive et coupe la tête supérieure de Brahmā, à qui il n’en reste alors plus que quatre. Quand il apprend par la suite que Shatarupā est la fille de Brahmā, Shiva, scandalisé, bleu de colère, décrète que Brahmā ne mérite plus d’être vénéré. Depuis, en pénitence, Brahmā récite sans cesse, de ses quatre bouches, les quatre Veda.

Son culte occulté

Ainsi Shiva et Vishnou sont-ils très vénérés tandis que Brahmā est presque ignoré. S’il est le créateur de toutes choses, il ne possède pourtant que peu de temples qui lui soient totalement dédiés.

En Inde, on en trouve un à Pushkar au Rajasthan, deux dans l’état du Tamil Nadu et un au Kerala.

Son rôle dans l’univers

La Trimurti renvoi au cycle de l’univers : Brahmā incarne sa manifestation, Vishnou représente sa conservation, Shiva symbolise sa destruction.

Dieu de la création, Brahmā vient personnifier la notion de Brahman, porteuse d’un sens immensément grand et riche, complexe à aborder et à synthétiser en quelques mots. Essayons quand même.

Brahman est omnipotent, omniprésent, infini, immanent, transcendant, incorporel. Il est en toute chose et, à ce titre, il est source divine de toute chose. On dit qu’il ne peut pas être décrit par ce qu’il est mais plutôt par ce qu’il n’est pas. Autant dire qu’écrire à son propos n’est pas chose facile.

Il désigne le sacré, l’Absolu, la seule réalité dont toute manifestation n’est que Māyā, c’est-à-dire illusion. Il est né dans un oeuf d’or, lui-même engendré par l’océan.

Cette notion de Brahman fait écho au panenthéisme. Dieu est toute chose, il est en toute chose et il dépasse toute chose. Bhramā serait donc le symbole de la présence intemporelle et immatérielle du divin en-nous, dans la nature et au-delà.

Les divinités liées à Brahmā

De sa relation incestueuse avec Shatarupā, qui quant à elle incarne la connaissance, la sagesse, les arts et la parole, est né Manu le législateur. C’est ce dernier qui donna naissance aux hommes.

Il est aussi considéré comme le père du Dharma et des sept Rishi.

Dharma désigne l’ensemble des lois et des normes, qu’elles soient cosmiques, naturelles, sociales, familiales, politiques ou encore personnelles.

Les sept Rishi, considérés comme des yogi, sont sept sages issus de l’esprit de Brahmā pour enfanter le monde. Vous pouvez les voir dans le ciel la nuit : ce sont les sept étoiles qui forment la célèbre casserole ou le grand chariot de la Grande Ourse.

Rishi Casserole

Celui que l’on appelle “le premier poète”, “le maitre du monde”, “l’auto-engendré”, “le brillant”, “le non-né” ou encore “le seigneur de tout ce qui vit” vous donnera de bonnes idées de surnoms élogieux et originaux à attribuer à votre bien-aimé (par exemple). Mais cette divinité évoque surtout la grandeur: de soi, de la nature, du monde, de tout ce qui est et de tout ce que l’on n’est pas en mesure d’appréhender. Elle renvoie à la profondeur et à la richesse de la religion et de la philosophie hindouiste.


Pour aller plus loin dans votre quête de spiritualité, nous vous proposons de participer au voyage méditation et ressourcement au Ladakh avec le sage Dawa  ou de créer votre voyage sur mesure  pour comprendre la philosophie orientale en Inde.

 

Photo de couverture: © Gautam Sanka

Tags: , , ,

2 Responses

  1. Céline

    Merci pour ces précisions. J suis tombée en admiration devant une de ses représentations. J comprends mieux ce qu’il représente dorénavant.

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top