Our Blog

February 2016

Geshe Dakpa: un parcours de foi extraordinaire by Anne

Deshe Dakpa Omalaya

10 February 2016

Nous voulons aujourd’hui vous faire découvrir le portrait d’un homme inspirant, Geshe Dakpa qui est un moine bouddhiste érudit proche du Dalaï Lama. Du Tibet à Dharamsala, en passant par les geôles chinoises, son parcours peu commun a été un moteur dans sa quête de spiritualité. Une initiation cachée Geshe Dakpa a grandi dans les années soixante prés de Lhassa, la capitale du Tibet. A cette époque tendue, la pratique du Dharma était complétement interdite. Posséder des objets religieux était en soi un fait dangereux. Quand il a eu 10 ans environ, la législation s’est assouplie et ses parents ont pu lui enseigner le bouddhisme. A l’âge de 16 ans, Geshe Dakpa obtient l’autorisation d’entrer au monastère. A 20 ans il accède à des responsabilités importantes au sein du monastère et devient maître de la discipline. Une prise de conscience Progressivement, Dakpa se retrouve au cœur de discussions politiques et de débats, on lui fournit des livres et il apprend ainsi que, historiquement le Tibet n’appartient pas au territoire chinois. C’est alors qu’il commence à en parler autour de lui et est amené à participer à une manifestation autour du monastère en faveur du retour d’exil du Dalaï Lama. La police intervient et Geshe Dakpa est emprisonné. La détention par le gouvernement chinois Les conditions de détention y sont très dures et les moines subissent des sévices à la limite de la torture. Geshe Dakpa nous explique : « Je ne suis pas en colère contre les chinois. J’ai eu beaucoup de temps pour réciter onze sortes de mantras différents. Nous n’avions pas grand-chose à manger, ni grand-chose à boire, peu de temps pour dormir, finalement j’ai pris cette incarcération comme une retraite spirituelle. Cette période a été très prolifique pour moi. Dans cette cellule il n’y avait plus qu’à méditer. » Incarcérés dans la même prison, se trouvaient des criminels, des opposants politiques chinois qui eux, vivaient très mal leur emprisonnement dans la souffrance et dans les pleurs. Geshe Dakpa nous confie : « j’ai choisi de voir positivement ce qui m’arrivait, de remercier le karma pour cette expérience qui devait être bonne pour moi puisqu’elle était sur ma route. Si l’on n’ a pas ce bagage religieux, le danger de devenir fou est omniprésent. » Surpris à réciter de mémoire les textes sacrés dans sa cellule, Geshe Dakpa a été envoyé pour travailler dans la neige et dans la glace, sans vêtements. Quand il […]

Lire plus

Tout savoir sur Shiva, le dieu le plus vénéré de l’hindouisme by Cyril

Shiva assis

08 February 2016

Shiva est certainement l’un des dieux les plus importants, si ce n’est le plus important, de la mythologie hindouiste. C’est un dieu compliqué à comprendre, arborant parfois des facettes opposées. On parle souvent de lui comme d’une entité, ignorant au passage que son nom signifie littéralement « ce qui n’est pas ». On pourrait écrire des livres entiers sur ce dieu. Aujourd’hui, je vais essayer de faire un tour d’horizon de cette divinité complexe afin de mieux la cerner. D’où vient Shiva ? Il serait apparu pour départager Brahma et Vishnu alors qu’ils s’affrontaient pour savoir lequel des deux étaient le meilleur dieu. Avec ces deux dieux, il est un des trois dieux principaux qui constituent la trinité hindoue. Il représente la fin, la mort, c’est pourquoi il est le dieu destructeur. Les légendes disent qu’il vivrait sur le mont Kailash. On raconte qu’à une époque les dieux étaient menacés par les démons et demandèrent son aide à Shiva. Celui-ci accepta à la condition que les dieux lui prêtent chacun une partie de leurs pouvoirs. Une fois les démons vaincus, Shiva refusa de rendre ces pouvoirs ce qui fit de lui l’entité la plus puissante de l’univers. Toujours d’après les légendes, Shiva aurait mille huit noms parmi lesquels Roudra, Hara, Ougra,… Rudra symbolise une forme sombre de Shiva, souvent associée à la destruction, ce qui explique qu’elle est représentée sous une forme courroucée. Ses attributs De ses cheveux coule le Gange ce qui explique que ce fleuve soit si sacré aux yeux de la religion hindouiste. Son principal attribut est le trident appelé Trishula. Pour les shivaïtes, ou shaïvas, ce trident arbore une triple signification : création, perpétuation et destruction. Shiva est toujours paré d’un troisième œil sur la tête qui apporte la destruction sur tout ce qu’il fixe. C’est la raison pour laquelle lorsque l’on représente Shiva, il a toujours son troisième oeil de fermé. Sur sa tête on retrouve un croissant de lune. Celui-ci symbolise la renaissance, tout comme la lune qui diminue avant de renaître. Une autre explication est qu’en étant placé près du troisième oeil, qui est le symbole de la destruction, il représente le pouvoir de création de Shiva. De plus, un serpent est toujours placé autour de son cou, pour représenter la puissance. Il est souvent accompagné de Nandi, un taureau blanc qui lui sert de monture. Lui-même est l’objet de cultes dans certaines parties de l’Inde. […]

Lire plus

La guérison par les cristaux : 12 maux et leur origine émotionnelle à soigner en profondeur by Flora

lithothérapie

05 February 2016

La lithothérapie, ou le soin par les pierres, est utilisée partout à travers la planète depuis la nuit des temps. En effet, les cristaux ont tous une vibration spécifique qui repose sur le même principe vibratoire que la guérison par les bols tibétains dont je vous parlais il y a peu. Chaque pierre possède une fréquence qui correspond à l’un de nos chakras.  Il y a quelques règles à savoir à propos des pierres avant de les choisir puis de les utiliser : Choisissez une pierre qui vous “parle”, ne faites pas cela au hasard. Votre signe astral peut vous y aider mais c’est une science complexe que de pouvoir lier lithothérapie et astrologie sans bien connaître les planètes et leurs vibrations. Purifiez là avant votre première utilisation. La pierre a parcouru du chemin avant d’être arrivée jusqu’à vous, elle peut être chargée d’énergie négative. Portez là sur vous pour bénéficier de ses bienfaits, ou glissez là sous votre oreiller ou votre matelas Prêtez-lui une intention. Il faut que consciemment, vous demandiez à la pierre d’agir pour une situation spécifique afin qu’elle y consacre toute sa puissance. N’oubliez pas, il ne s’agit que de vibrations, l’intention en a également une. Toute douleur ou maladie provient d’un choc émotionnel qu’il faut savoir identifier afin de traiter le mal dans son ensemble. Soigner uniquement en surface ne ferait que repousser le problème. Chaque endroit du corps où la douleur s’exprime à donc un message a faire passer. Voici donc les maux, leur origine émotionnelle et quels cristaux peuvent les apaiser :    Maux de tête  Les maux de tête proviennent de notre incapacité à faire des choix. Pour soigner la douleur on utilisera l’améthyste, tandis que l’hématite nous aidera à prendre des décisions. • L’améthyste : Elle est la pierre de la spiritualité. Elle est recommandée pour les deuils et pour se libérer de toutes formes de dépendance (drogue, alcool, tabac…) L’améthyste aide à la concentration, elle est particulièrement efficace pour la méditation et protège les lieux des énergies négatives qu’elle transforme en amour. Elle correspond au septième chakra, celui de la tête. Signes astrologiques : Poisson, Bélier, Sagittaire Purification : dans l’eau salée à l’obscurité puis recharger à la Lune.  • L’hématite : Elle est une pierre qui aide à l’ancrage, à la réalisation de soi, elle offre confiance et solidité. Elle convient bien aux personnes timides et aide à exprimer ses véritables besoins. […]

Lire plus

Les mantras, ces sons sacrés by Cyril

Moine avec un mantra

01 February 2016

Chez les bouddhistes, il est fréquent d’entendre des moines réciter des phrases et des syllabes dont bien souvent le sens nous échappe. La seule chose sûre c’est que les sonorités se répètent. Mais pourquoi est-ce si important pour eux? Quel est donc le sens de ces paroles ? Sont-elles des formules magiques pour invoquer une divinité? Intéressons-nous de plus près à une pratique fondamentale du bouddhisme et aussi de l’hindouisme : les mantras. Signification Dans la tradition bouddhiste, on trouve souvent des mantras : sur des rochers, sur les drapeaux à prières, sur du papier,… Le mot mantra provient du sanskrit. Il peut être traduit par « instrument de pensée ». D’un point de vue littéral, la particule ‘man’ signifie l’esprit pendant que ‘tra’ signifie protéger. Tout de suite, on trouve l’idée de protection de l’esprit. Mais la question reste la même : qu’est ce que ce moyen de protection de l’esprit? Un mantra est une syllabe ou une phrase sacrée dotée d’un fort pouvoir spirituel. À l’origine, ils proviennent du son originel, OM. Leurs pouvoirs proviennent de la répétition de sons bénéfiques pour les humains. Ils se basent sur les deux pouvoirs inhérents au son pour modifier leur environnement ; – la vibration de l’air qu’il provoque – sa résonance Par ces modifications de l’environnement, la personne qui récite les mantras « purifie » son environnement ainsi que celui des gens situés autour d’elle. Utilisation Les utilisations communes des mantras sont diverses ; protection des êtres vivants, célébration, invocation d’une divinité, support à la méditation,… ce qui explique que l’on retrouve des mantras dans beaucoup de textes sacrés bouddhistes. Traditionnellement, les moines récitent souvent des mantras en tenant leur mâlâ à la main afin de compter les récitations des syllabes sacrées. Cependant, leur utilisation n’est pas propre au bouddhisme, quoiqu’ils soient souvent associés à cette religion. On retrouve aussi des mantras dans l’hindouisme et le jaïnisme par exemple. Les mantras peuvent être utilisés en vue de faire circuler l’énergie dans le corps ou encore pour évacuer le stress. La répétition de sons sacrés permet à notre esprit de se concentrer et de faire le vide. Contrairement à une idée répandue, la récitation d’un mantra peut également se faire de façon silencieuse. En effet, ce qui compte n’est pas l’intonation ni le volume sonore du mantra, mais la concentration avec laquelle on le récite. Ainsi, si une personne récite un mantra pendant plusieurs heures puis s’arrête et […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top