Our Blog

Tag: quête spirituelle

Lettre à l’égo, peut-elle gommer tous mes maux ? by Stéphanie

25 September 2018

Parfois, les mots sont trop lourds pour être parlés, les écrire permet donc de se libérer. Clarifier ses pensées, ce brouhaha incessant qui tourne en boucle dans l’esprit, est un besoin naturel chez l’être humain. Nous recherchons tous le bonheur et la sérénité de l’esprit. Une des meilleures techniques est l’écriture, automatique ou réfléchie, instinctive ou travaillée… qu’importe l’essentiel étant de laisser couler l’encre pour apaiser les peines, d’écrire des mots pour soigner ceux de l’âme.   Cher Ego,   Aujourd’hui je suis deux. Demain, j’espère n’être qu’un. Il y a un an, un voyage sur les terres sacrées indiennes m’a permis de t’identifier. Reconnaître ton existence est le point de départ; te faire taire l’objectif final. Commençons par le commencement et laisse moi te définir : tu es une conception erronée de “moi”; tu es la croyance fausse que je suis auto-existant. Certains disent que tu restes essentiel à l’instinct de survie, de conservation, au respect de la dignité… Plus j’apprends à te connaître et moins cette vision me semble vraie. La dignité, le respect sont des valeurs variables définies par toi-même. Essentiel certes tu le restes; mais pas pour ces raisons évoquées. Aujourd’hui je suis encore deux, Demain j’espère n’être qu’un. Être un, c’est réunir dans la même énergie de vie celle que je suis et celle que je perçois comme étant. Devenir “moi” est une quête bien plus longue que prévue, un combat dont l’issue doit être ta mise à genoux devant mon identité révélée. Et si, sur ce parcours de vie, la destination n’est qu’un prétexte pour avancer sur le chemin, elle reste un objectif essentiel à mes yeux pour ma réalisation personnelle, totale et épanouie. Je ne déclare pas forfait, Ego, un jour je t’aurai ! Très cher Ego, je ne souhaite pas te voir disparaître totalement mais j’aimerais être capable de définir vraiment les contours de ton existence. Sentir ton influence sur mes décisions, mes opinions, mes actions, la reconnaître pour ne pas te laisser me manipuler comme une poupée esclave de ses formatages mentaux. J’aimerais réussir à t’utiliser comme un outil au service de mon développement personnel et non te laisser diriger ma vie comme un petit dictateur émotionnel. Ego, ma demande est finalement simple : permets-moi de te dévisager, d’apprendre à te connaître pour déjouer tes pièges. Soyons amis, vivons main dans la main en harmonie. ♦  Laisse-moi absorber et diffuser les […]

Lire plus

VOYAGER EN INDE, UN APPRENTISSAGE DE LA LENTEUR by Stéphanie

12 October 2017

Tout ceux qui sont allés en Inde vous le diront : l’Inde retourne les sens et balaye les positionnements personnels ; plus qu’un pays, elle est une entité culturelle et spirituelle qui provoque en chacun de profonds changements. Pour nous européens, elle nous fait vivre une autre vitesse que celle de nos pays développés, loin des questions de rentabilité et d’efficacité. Elle est une reconnexion au présent et à la simplicité de la vie. Tout juste débarquée de l’avion, c’est le premier choc : l’Inde fourmille, déborde, attrape, appelle, grouille, court, gambade. Après le temps suspendu en l’air, lorsqu’une fois laissé derrière soi le pays natal on profite de cette langueur où plus rien n’est nécessaire, urgent ou impératif, on atterrit en pays inconnu, où les logiques, les mots et les gestes sont différents. On laisse peu à peu tomber nos schémas de pensées, nos connections rationnelles, nos idées reçues et jugements préconçus. Le voyage commence par apprendre à se fondre dans la diversité, à accepter pleinement la différence et le fait qu’il n’y a, jamais, de point de vue ou de vérité absolue. Voyager, c’est partir chaque matin vadrouiller dans les ruelles, explorer les chemins, croiser les regards, effleurer les présences. C’est écouter ses sensations, faire de ses sens l’outil principal pour indiquer la direction. La découverte se fait au rythme des pas et du souffle, qui respire à l’air libre, sans contrainte. Prendre le temps. C’est un mode de vie que l’on a souvent oublié. On a débarqué dans la vie, protégé au sein de la mère, on a grandi, on a rempli nos devoirs face à la société : aller à l’école, faire des études, trouver des jobs pour combler les trous, remplir les manques ; c’était ça, « apprendre la vie ». Et une fois l’ensemble accompli, on se rend compte que tout cela n’a absolument pas déterminé ce que nous allions faire du futur de notre vie. Un grand courant d’air s’ouvre. Plus rien ne nous retient. C’est le moment où l’on est pris dans un tourbillon, où pour la première fois, on a le choix de la pleine liberté. On l’a toujours eu, oui, mais là, on le sent dans notre ventre : une petite dose de courage, une étincelle de folie suffisent pour mettre le feu à la machine bien rodée, un peu trop étriquée. Et étonnamment, cela ne se fait pas à pleine vitesse. Cela se tisse petit […]

Lire plus

Défi de la semaine: 1heure de méditation quotidienne ! by Stéphanie

25 May 2017

La méditation est une pratique très courante en Inde, et s’est très largement étendue au-delà des frontières depuis des décennies. À travers le monde on en vente les bienfaits et la recommande pour vaincre le stress et réduire l’anxiété. Par une pratique régulière, des études ont prouvé que la méditation aurait un impact sur la neuroplasticité du cerveau et permettrait d’accroître la mémoire, la créativité et la volonté. Whitney, jeune yogi, vous raconte son défi de la semaine : 1 heure de méditation par jour ! Il est 5h28, exactement ! Et je ne sais par quelle force, mes yeux se sont ouverts. Ce fut presque instinctif. Je me suis lancé le défi hier de débuter une semaine de méditation, une heure chaque matin. Pour certains ce n’est pas grand chose, pour d’autres cela semble interminable. Je me trouvais entre les deux. Pratiquant la méditation avec une irrégularité sans pareil, je passais de méditations quotidiennes à l’absence totale –bien souvent au moment où j’en avais le plus besoin- depuis déjà deux ans. Alors je me suis levée. Assise en tailleur devant ma fenêtre, j’ai refermé mes paupières, non pour retomber dans les bras de Morphée, mais pour me retrouver aux confins de moi-même. Presque instantanément une trompette au loin retentie. Celle de l’ashram, un peu plus haut dans mon village himalayen. On m’avait dit que tous les jours au moment où se levait le soleil, l’ashram se recueillait autour d’une méditation collective. Ce fut comme si je les rejoignais. Peut-être cela a-t-il facilité ma concentration car pendant la première demi-heure, il ne m’a pas paru difficile de méditer. Enfin je dis demi-heure comme je pourrais dire cinq minutes. En effet, j’ai perdu toute notion du temps. Je me suis refusée à ouvrir les yeux, interdite de jeter un coup d’œil au temps qui passe. Je cherche à habiter le moment présent, sans contrainte horaire. Le principe de la méditation étant d’être en conscience sans pensée, j’ai alors focalisé mon intention sur l’environnement qui m’entourait. En Inde, même très tôt le matin, les rues sont habitées. J’entends des chiens aboyer, un tuk-tuk passer, un coq chanter plusieurs fois. Ne serait-ce pas un comble, le chant du coq, symbole de mon pays d’origine, qui sonne à mes oreilles au milieu de ma quête spirituelle indienne ? La musique de l’ashram couvre mes pensées… pour laisser place à d’autres. Je m’interroge. Sont-ils en train de chanter ? De […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top