Our Blog

Tag: Karmapa

Le 17ème Karmapa en visite en France en juin 2016 by Jean-Baptiste

Sa Sainteté le 17e Karmapa, Orgyen Trinley Dorje

04 March 2016

Sa Sainteté le 17ème Karmapa est en visite à Paris les 4 et 5 juin prochain. L’occasion pour vous de le rencontrer, et pour nous de dresser un portrait d’une des plus importantes personnalités religieuses tibétaines après le dalaï-lama. Le Karmapa, kézako ? Le Karmapa est le titre donné au chef de l’école Kagyupa, un des quatre grands courants majeurs du bouddhisme tibétain. Ce titre se transmet par un système de réincarnation de génération en génération comme la lignée des dalaï–lamas. Il s’agit d’ailleurs de la première lignée de réincarnation d’un maître spirituel à avoir vu le jour au début du XIIème siècle. La fin de la lignée est toutefois annoncée, comme il est dit dans les enseignements de Guru Rinpoché qui affirme qu’il y aurait en tout 21 karmapas. Le titre honorifique est pour être exact « His Holiness the Gyalwa Karmapa » qui peut se traduire par « Sa Sainteté le Karmapa ». L’actuel leader spirituel de cette école est Sa Sainteté le 17ème Karmapa, Orgyen Trinley Dorje. Qui es-tu, Sa Sainteté le 17ème Karmapa, Orgyen Trinley Dorje ? Orgyen Trinley Dorje est né en 1985 dans une famille de nomades dans la région du Kham, au Tibet oriental et correspond parfaitement à la description que Chogyur Lingpa a faite du 17e Karmapa au XIXème siècle. Ce lama tibétain aurait eu en 1856 la vision prophétique des 21 incarnations du Karmapa et les détails de la vie du Dix-septième Karmapa furent annoncés avec une étonnante précision. Voilà comment il décrit sa vision du 17e Karmapa : « Sous un arbre verdoyant sur une montagne rocheuse Se trouve la dix-septième incarnation du Karmapa en compagnie de Kèntin Tai Sitou. Par la fusion de leurs esprits en un seul, L’arbre des enseignements du Bouddha Fleurira et portera des fruits abondants, L’essence véritable des transmissions de Gampopa. » Effectivement, Orgyen Trinley Dorje est découvert par Taï Sitou Rinpoché (second titre le plus important après le Karmapa) et intronisé en 1992 au monastère de Tsourphou au Tibet, siège traditionnel des Karmapas. Pour l’identifier, il s’est appuyé sur une lettre prédisant sa réincarnation découverte dans une amulette que lui aurait remise le 16e Karmapa et de nombreuses autres prédictions et preuves, dont les visions de Chogyur Lingpa. A 14 ans, il prend la décision de fuir le Tibet suite à des pressions politiques des autorités chinoises qui l’empêchent de poursuivre convenablement ses études religieuses et entreprends la dangereuse traversée de l’Himalaya. Il […]

Lire plus

Les quatre grandes écoles bouddhistes by Cyril

Temple bouddhiste

26 November 2015

La religion bouddhiste comme toutes les religions, possèdent différents courants avec des croyances et des pratiques qui diffèrent. Il existe quatre principaux courants bouddhistes. Les Gelukpas ou Bonnets Jaunes Tout d’abord parlons de la lignée des Gelukpa ou Guélougpa, encore appelée école des bonnets jaunes. C’est de cette école qu’est issu Sa Sainteté le 14ème Dalaï-Lama. Cependant, le leader spirituel de cette école est le Ganden Tripa, le détenteur du trône de Ganden. Il est élu tous les sept ans. Des quatres grandes écoles bouddhistes tibétaines, c’est la plus récente. Pour les Guélougpa, il est très important de faire preuve de discipline monastique et tout apprenant se doit de compléter de profondes études philosophiques pour devenir Guéshé, titre qui couronnera ses études. De nos jours, c’est devenu le courant majoritaire bien que les quatre grands courants continuent d’exister. Cela est dû à la conversion au bouddhisme tibétain du chef mongol Altan Khan à la fin du XVIème s. Le mode de transmission est celui qui semble le plus proche d’un système scolaire ; après une vingtaine d’années d’études, les moines peuvent devenir Guéshé, sorte de docteur en philosophie bouddhiste. Seuls les érudits les plus brillants peuvent espérer obtenir le titre de Guéshé Lharampa. Les Kagyupas Parmi les quatre autres grands courants figure l’école Kagyupa. Cette lignée a vu le jour au début du XIIème s. Le leader spirituel de cette école est le 17ème Gyalwa Karmapa. Ce dernier est arrivé en Inde au début de l’année 2000 et vit près de Dharamsala. Ce courant est souvent appelé « lignée de la tradition orale » car ses enseignements reposent majoritairement sur des traditions orales. Il est très important pour les Kagyupa, de pratiquer seul les enseignements en vue d’atteindre l’éveil. La transmission se fait par un système de réincarnation de génération en génération. Tous les ans ont lieu les Kagyu Monlam à Bodhgaya, prières bouddhistes majeures dirigées par le 17ème Karmapa. Les Nyingmapas Vient ensuite l’école Nyingmapa, ou école des anciens, la plus ancienne des traditions bouddhistes. Elle rassemble les enseignements les plus anciens introduits au Tibet par Padmasambhava, également nommé Gourou Rinpoché. Cette école revendique l’honneur d’être à l’origine du Dzogchen, considéré comme l’enseignement bouddhiste le plus élevé pendant longtemps. Leur leader spirituel est Taklung Tsetrul. Une grande spécificité de ce courant est d’avoir en son sein une grande communauté formée de yogis laïcs et mariés, autrement appelé un sangha « blanc ». Pour les […]

Lire plus

Kagyu Monlam : ces prières garantes de l’Eveil universel by Cyril

Kagyu Monlam

26 November 2015

Les Kagyu Monlam sont une série de prières bouddhistes, issues de la tradition Kagyu, monlam étant un terme qui désigne le chemin vers l’inspiration. C’est un des événements les plus importants du calendrier bouddhiste. L’histoire Tous les ans depuis 1996, ces prières ont lieu dans la ville de Bodhgaya au mois de Janvier ou de Février. Cette ville n’a pas été choisi au hasard, c’est ici que le Bouddha a achevé de parcourir le chemin conduisant à l’illumination. Les premières Kagyu Monlam remontent à 500 ans au Tibet. Malgré que les récitants proviennent de nombreux pays, toutes les prières sont récitées en tibétain car cette langue est celle qui se rapproche le plus du sanskrit, langue du dharma. De plus, un certain nombre de prières récitées à cette occasion ont été écrites par des maîtres tibétains. La signification Le fait de réciter ces prières en ces lieux chargés d’histoire, rend la cérémonie bien plus puissante et efficace. Par ailleurs, réciter ces prières en groupe intensifie la puissance des incantations. Il est plus utile et puissant de réciter cette prière à Bodhgaya une fois tous ensemble, que de la réciter un million de fois seul. De toutes les prières récitées durant ces cérémonies, la plus connue est la « prière du souhait de Samantabhadra. Cette prière a une vocation altruiste, en souhaitant que tous les êtres récitant la prière atteignent l’Eveil pour ensuite pouvoir conduire tous les êtres vers ce stade. Ces prières sont récitées par le 17ème Gyalwa Karmapa. Ce dernier est le guide spirituel du courant bouddhiste Kagyupa. Cette lignée a vu le jour au début du 12ème s. Elle est une des quatre principales écoles bouddhistes. Ce courant est souvent appelé « lignée de la tradition orale » car ses enseignements reposent majoritairement sur des traditions orales. Il est très important pour les Kagyupa, de pratiquer seul les enseignements en vue d’atteindre l’éveil. La transmission se fait par un système de réincarnation de génération en génération. Ces prières sont ouvertes à tous et à toutes. Si vous souhaitez venir vous imprégner de l’énergie particulière qui se dégagent de ces prières, n’hésitez pas à nous contacter en cliquant ici. Les 33ème Kagyu Monlam se tiendront du 16 au 22 Février 2016, et les 34ème Kagyu Monlam se tiendront du 5 au 12 Janvier 2017.

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top