Our Blog

Tag: Inde

L’Inde de Steve McCurry en images by Anne

23 December 2015

Depuis plusieurs années Steve McCurry nous fait voyager autour du monde à travers son objectif. On lui doit parmi les clichés les plus connus au monde, notamment la célèbre afghane aux yeux verts. Aujourd’hui Steve McCurry signe un nouvel ouvrage, sur l’Inde. Nous avons été transportés par la magie des clichés qui nous font ressentir tous les contrastes de ce pays extraordinaire : couleurs, sourires, regards… Nous partageons avec vous quelques unes de ces images, les amoureux de l’Inde pourront voyager devant leur écran ! Ce livre est une belle idée de cadeau de Noël, qui nous fait quitter l’espace d’un instant l’hiver français pour nous plonger dans le tourbillon indien de couleurs, d’odeurs et de saveurs. Envie de voir par vous même toutes les surprises que  vous réserve l’Inde ? Découvrez ce voyage.

Lire plus

Méditation et yoga dans les prisons : initiations pour la paix by Flora

Prison yoga

01 December 2015

Les bienfaits de la méditation ne sont plus à prouver : clarté, lucidité, calme, sérénité, paix… autant de termes positifs concernant l’apaisement du flot incessant de nos pensées. Que l’on soit en cellule ou en liberté, notre fonctionnement intérieur peut conduire à la libération de notre mental ou bien au contraire, au sentiment d’emprisonnement. Et si les prisons pouvaient devenir un lieu clé pour une ouverture vers la paix ? Voir les choses telles qu’elles sont réellement La méditation est accessible à tous, à n’importe quel moment, où que l’on soit et en illimité. À partir de ce constat, Kiran Bedi, inspectrice générale des prisons de New Delhi, a décidé de mettre en place des séances de méditation pour les détenus, dès 1993. À l’image d’une véritable retraite Vipassana, durant dix jours les prisonniers vont méditer jusqu’à dix heures par jour. Vipassana, qui signifie ” voir les choses telles qu’elles sont réellement”, est l’une des techniques de méditation les plus anciennes de l’Inde. Elle ne vise pas l’élimination de toutes pensées, mais plutôt leur observation, en vue de les comprendre puis de les accepter. Il s’agit de ressentir profondément l’instant présent sans juger les idées ou les émotions qui effleurent l’esprit. Une autre forme d’évasion Ces premiers essais furent concluants ; à tel point que certains prisonniers, totalement transformés, ont réalisé et compris le poids de leurs actes au lieu de rester perpétuellement dans le déni. Voici pour exemple le témoignage d’un chef de gang dont l’incarcération est définitive : « Je ne pensais qu’à me venger, je croyais être une victime. Puis j’ai fait une croix sur la haine. J’ai contacté les familles des victimes, je ne sentais qu’amour et compassion pour eux ; je leur ai demandé pardon. Deux de leurs femmes sont venues en signe de paix, je suis devenu leur frère adoptif, aujourd’hui je veille sur leur famille comme si c’était la mienne. » Ces paroles furent recueillies dans le cadre d’un documentaire sur la pratique Vipassana dans les prisons indiennes que vous pouvez visionner en cliquant ici. Depuis, les plus grands centres pénitenciers du monde ont accueilli des programmes de méditation au sein de leurs structures. Que ce soit dans l’une des prisons les plus dangereuses des Etats-Unis en Alabama, en passant par Birmingham en Angleterre ou encore en Italie, à Taïwan et même en France depuis 1981, bien que ces pratiques restent encore aujourd’hui peu courantes sur l’Hexagone. Pourtant, […]

Lire plus

En images : la fête des lumières de Vârânasî, comme si vous y étiez by Flora

dev deepawali

25 November 2015

Vous rappelez-vous de ce dernier mercredi 11 novembre ? Toute l’Inde s’embrasait pour fêter Diwali, le nouvel an Indien. Chaque année Vârânasî se pare de lumières, quinze jours après Diwali, à l’occasion de la pleine lune. Cette cérémonie s’appelle la Dev Dipawali, elle célèbre la venue des dieux sur terre en ce jour si unique, puisque sacré… La ville des lumières Vârânasî, anciennement Bénares, est l’une des cités les plus anciennes au monde. Mais elle est surtout connue pour être l’un des lieux les plus saints de la tradition hindoue, accueillant quelques centaines de milliers de pèlerins chaque année. C’est sur les Ghats que la fête sera la plus animée. Les Ghats sont ces marches descendant vers le fleuve le plus sacré de l’Inde : le Gange. Ici, les morts et les vivants cohabitent, les esprits des ancêtres ayant une importance capitale dans la culture et les rituels Hindous. Ainsi, bien des indiens viennent y vivre leurs dernières heures, espérant pouvoir rejoindre la vie éternelle en incinérant leur enveloppe corporelle au bord du Gange. La cérémonie Mais c’est la vie qui est célébrée aujourd’hui à Vârânasî et, afin de commémorer comme il se doit la victoire des dieux sur les démons Tripurasura, les habitants tout comme les visiteurs, préparent ensemble la fête des lumières. S’organisent alors nombre de processions et cultes dédiés aux dieux protecteurs. En ce jour béni, les rituels commencent toujours par une prière au dieu Ganesh, puis par un bain dans les eaux sacrées du fleuve, tandis que des milliers de fleurs tapissent le sol de l’ancienne principauté, dispersées dans une véritable symphonie de mantras. Depuis quatre jours les fidèles préparent déjà l’illumination de la ville. Ils déposent partout les petites Diyas, ces bougies qui seront bientôt des milliers à éclairer la cité. L’atmosphère devient alors mystique, plongeant Vârânasî dans un merveilleux halo doré. L’illumination, de la ville et des âmes Afin d’admirer le spectacle, les places les plus prestigieuses se trouvent sur les embarcations flottantes près des rives du Gange, depuis lesquelles on peut observer les nombreux Ghats se parer de mille feux. Les mots ne suffisent pas à décrire la beauté des scènes, aussi je vous laisse découvrir en image le spectacle qu’offre ce jour béni qu’est le Dev Dipawali : Ne manquez pas notre voyage “au cœur des sagesses de l’Inde” pour découvrir la ville des lumières mais aussi certains des sites les plus sacrés du nord de l’Inde. 

Lire plus

Les semeuses de joie : un grand voyage autour du bonheur by Flora

Caroline Riegel

20 November 2015

Caroline Riegel est ingénieur hydraulique. En 2010, elle participe aux études d’un important complexe hydroélectrique sur l’Indus, au Pakistan. Elle s’installe donc à Lahore durant une année, ce qui lui permet d’apprendre l’Urdu. Mais c’est lors d’un précédent voyage au long cours à travers l’Asie qu’elle fait la rencontre des nonnes de Tungri. Elle n’imaginait pas alors que de cette amitié naîtrait un incroyable projet : Le Zanskar : Nichée à 3500 mètres d’altitudes au nord de l’Inde, le Zanskar se trouve au cœur de la plus peuplée des plaines himalayennes. Elle abrite une population vivant dans la plus pure tradition tibétaine depuis 1000 ans. C’est donc dans un décor extrême que Caroline Riegel s’est aventurée, puisque la plaine est coupée du monde huit mois par an. Pour atteindre le Zanskar par voie terrestre, un seul chemin est alors accessible pour les plus téméraires. En effet, il n’y a pas d’autre choix que d’emprunter un fleuve gelé et pratiquer un terrain glissant et dangereux sur plus de 150 kilomètres, pour espérer rejoindre la haute plaine. Un parcours, des rencontres : Très vite, Caroline Riegel tombe amoureuse des larges sourires qu’elle croise et devient particulièrement proche des onze nonnes de Tungri qu’elle côtoie au sein de leur petite nonnerie. C’est ici dans cet environnement froid, souvent hostile et, tout en apprenant leur langue, que Caroline s’immerge dans la culture du bonheur. Valeur essentielle aux yeux de ces nonnes âgées de 27 à 80 ans. Depuis, elle revient chaque année passer du temps en leur compagnie et créée l’association Thigspa qui signifie “goutte d’eau”. Elle participe également aux projets de l’association Rencontres au bout du monde qui développe des projets communautaires au Zanskar. Elle récolte des fonds et permet la construction d’une école bouddhiste et finance la construction d’un canal d’irrigation pour acheminer l’eau jusqu’à un petit village de la plaine. Il ne fait aucun doute que la générosité débordante des habitants de la région, mais surtout des nonnes, ait déteint sur cette aventurière française. “J’ai eu la chance de voyager pour mon travail ou pour moi en tant que femme libre et indépendante. Je me rends compte que ce n’est pas le cas de toutes les femmes dans le monde. En l’occurrence, elles n’ont pas forcément eu la chance de pouvoir voyager. J’ai eu la chance d’étudier, elles non. Je ne peux pas leur enseigner quelque chose sur le bouddhisme qui leur est cher […]

Lire plus

Le lac du Lotus : histoire d’un lac sacré du nord de l’Inde by Cyril

Lac de Rewalsar

18 November 2015

Situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Mandi au nord de l’Inde, le lac du Lotus ou Rewalsar pour les indiens, est appelé Tso Pema par les Tibétains. Beaucoup de poissons y vivent et sautent presque en dehors de l’eau pour manger la nourriture jetée par les nombreux pèlerins. Le lac étant sacré, les poissons le sont tout autant, ce qui explique que personne ne les mange. En effet, l’histoire de ce lac saint est des plus particulières… Un jour, Padmasambhava, un maître tantrique plus connu sous le nom de Guru Rimpoche, enseignait le tantra à sa compagne, la princesse Mandarava, fille du roi de Mandi, dans une des grottes secrètes de la région. Son père, insulté que sa fille pratique de tels agissements avec cet homme, les retrouva et les brûla. Padmasambhava transforma alors les flammes du brasier qui s’échappaient d’eux en un lac. Il réapparut au centre du lac sur une fleur de lotus. Le roi se repentit donc de ses actions et offrit sa fille en mariage au sage. Par la suite, il se servit de son immense pouvoir pour prendre son envol vers le Tibet où il propagea la religion bouddhiste, dans une région jusqu’alors attachée à la croyance Bön. Ce sage est particulièrement adoré par le courant bouddhiste Nyingmapa car il est reconnu comme le deuxième bouddha. Ce lac est un lieu particulièrement sacré car il est adoré par les bouddhistes, mais aussi les sikhs et les hindous. Ces derniers le vénèrent car le sage Lomas s’y est établi alors qu’il cherchait un lieu pour adorer Shiva. Sur les rives du lac du Lotus, on peut d’ailleurs trouver 3 temples hindouistes dédiés à Shiva, Krishna et au sage Lomas.. Les sikhs reconnaissent également ce lieu comme sacré car au 17ème siècle, leur dixième guru, Gobind Singh, vint en cet endroit pour appeler les hindous à les rejoindre afin de lutter contre les Mongoles. Finalement, les tibétains, les sikhs et les hindous se rejoignirent ici pour organiser, en vain, leur résistance contre l’envahisseur Mongol. En plus de trouver des temples hindouistes, les rives de Rewalsar abritent trois monastères bouddhistes. L’un d’entre eux, le gompa de Drikung Kagyu, contribue pour beaucoup à la réputation du lac. Il s’agit d’un monastère tibétain ocre rouge, réputé pour son académie d’études bouddhiques et sa grande statue de Bouddha. Sur la colline en surplomb trône une majestueuse statue dorée de plus de 37 mètres de haut […]

Lire plus

Arunachala, la montagnée sacrée de Shiva by Cyril

Arunachala

23 September 2015

Arunachala, montagne sacrée du sud de l’Inde dans l’état du Tamil Nadu a rassemblé pendant des millénaires saints, ascètes, chercheurs de vérité et sages tel que Ramana Maharshi. Pourtant ce lieu reste peu connu. « Tout comme la lune tire sa lumière du soleil, d’autres lieux saints devront tirer leur caractère sacré d’Arunachala. C’est le seul endroit où j’ai pris cette  forme pour le bénéfice de ceux qui veulent m’adorer et obtenir l’illumination spirituelle. Arunachala est Om incarné, j’apparaitrai sur le sommet de cette colline chaque année à Kartigai sous la forme d’un phare signifiant la paix.» Shiva   Selon le Rig Veda, un des quatre textes sacrés de l’hindouisme, Vishnu et Brahma s’affrontèrent à cet endroit pour déterminer lequel des deux était le plus fort. Pour mettre fin à ces querelles d’égos, lord Shiva (lequel sera plus tard manifesté sur terre par le lingam) se manifesta en une colonne de lumière, à l’endroit de l’actuelle montagne. Ainsi, Il est dit qu’Arunachala est la manifestation de Shiva lui-même et que le seul fait de penser à cette montagne apporte la réalisation de la vérité et l’union avec le Suprême. C’est pourquoi ce lieu est un endroit sacré, garant de spiritualité et de sagesse. Alors que beaucoup de lieux sacrés sont des demeures de Shiva, Arunachala est son cœur. Le choix de s’incarner sous la forme d’une montagne est dû à l’importance que revêt la forme aux yeux des humains, cela leur permettant de venir adorer la divinité et d’obtenir l’illumination spirituelle.   Au pied de la montagne se trouve un temple dédié à Shiva qui aurait dit: « … ici je demeure toujours en tant que le Suprême. Souviens-toi qu’à l’intérieur de mon cœur est la gloire transcendante, de même que toute les jouissances du monde. Ce glorieux Arunachala est la montagne dont la simple vue suffit à enlever tous les démérites qui divisent l’Etre en égos  et mondes finis. Ce qui ne peut être acquis sans peines interminables est facilement atteint par tous ceux qui peuvent soit apercevoir directement cette montagne, soit même y penser mentalement de loin…» Tout autour de cette montagne et du temple s’est développée une ville, Tiruvannamalai. De nombreux pèlerins racontent des expériences profondes sur ces terres à l’énergie transcendante: manifestation d’arc en ciel, révélation intérieure, reconnaissance de la vraie nature de l’esprit, transformations et guérisons de toutes sortes. La légende raconte qu’être présent dans […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top