L’Himalaya, si près des dieux

Mt Triund

Il existe un lien universel entre les montagnes et le sacré. Leur proximité au ciel, leur élévation en font des demeures divines. Leur éloignement et leur solitude, des lieux propices à l’introspection. La chaîne Himalayenne, qui abrite les plus hautes montagnes du monde est donc une terre éminemment sacrée, en particulier pour les religions bouddhistes, hindouistes et la tradition chamanique Bön.

Élévation spirituelle et contact du divin

« Quand tu arrives en haut de la montagne, continue de grimper» nous dit le proverbe tibétain : Yogis, Sadhus, et pèlerins recherchent dans la montagne l’élévation spirituelle, passant parfois des mois isolés dans des grottes ou des monastères hauts perchés. L’immensité des montagnes, la rudesse de la vie en altitude, leur permet un détachement de soi propice à la méditation et à la compréhension du monde.

La montagne, qui prend ses racines dans la terre et tutoie le ciel, est également un lieu de rencontre, de contact avec le divin. Les pèlerins viennent donc y honorer les dieux, qui habiteraient ces demeures aux neiges éternelles. L’hindouisme dote même l’Himalaya d’un esprit divin, le dieu Himavan.

Le mont Kailash, montagne la plus vénérée d’Asie

Mais il est un sommet en particulier qui est le centre de l’univers spirituel de l’Himalaya : le Kailash, montagne de cristal, pic enneigé qui jaillit des plaines arides de l’ouest du Tibet. L’énergie spirituelle qui s’en dégage rassemble plusieurs fois : Bouddhiste, Hindouiste et Bön.

Pour la première, le mont Kailash, ou Gang Rinpoche, qui évoque une pyramide, est la montagne sacrée par excellence. Axe de l’univers, elle est la demeure des déités de la sagesse et de la compassion. Elle donne naissance à quatre fleuves : le Karnali, le Sutlej, l’Indus et le Brahmapoutre, devenant ainsi le centre d’un mandala naturel. La Kora, circombulation autour du Kailash, est le chemin que le fidèle bouddhiste doit emprunter une fois dans sa vie…

La seconde y voit le trône du dieu Shiva et de sa femme Parvati, fille de la montagne. Selon la légende, Parvati serait tombée amoureuse de Shiva en le voyant méditer dans une grotte de l’Himalaya. Tout comme le bouddhisme, elle est également l’axe, le centre de l’univers, ce que les hindous appellent le mont Meru.

La dernière, la religion Bön, y voit la résidence de la déesse du ciel.

Autant de cultes qui font de cette pointe sacrée la montagne la plus vénérée d’Asie… Et un sommet infranchissable pour les alpinistes. Seul le sage Milarepa y accéda par la méditation.


Des montagnes et des mots : idées de lectures sur la montagne sacrée 

Voyages spirituels aux sommets du monde.

Pierre Chavot s’est rendu sur les cimes sacrées des quatre coins du monde : le Sinaï, le mont Fuji, le Machu-Picchu… et bien sur le mont Kailash. Dans cet ouvrage, il raconte ses voyages sur ces montagnes à l’énergie spirituelle si présente, qui attirent pèlerins, moines et ermites. Un livre sur le lien universel entre montagnes et spiritualité.

La citadelle des neiges.

Ce livre de Matthieu Ricard nous invite à suivre le parcours de Détchen, au milieu des montagnes de l’Himalaya, un voyage riche en leçons… et une introduction romanesque au bouddhisme.


Vous avez toujours rêvé de vous élever, de méditer, de faire une introspection ou tout simplement de parcourir l’Himalaya ? Laissez-vous guider pour une expérience hors du commun et riche de sens. 

Tags: , ,

Comments are closed.

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top