L’effet miroir : l’autre est un autre soi

miroir

Nos émotions sont le socle de ce que nous considérons être le bonheur ou son contraire, elles nous permettent d’identifier si nous nous sentons bien ou à l’inverse, déprimé. Elles sont soudaines, parfois intenses, violentes, elles sont un moteur ou un frein, elles nous poussent à agir et surtout à réagir. Lorsque ces émotions, bonnes ou mauvaises, sont provoquées par l’autre que faut-il comprendre ? Comment cet autre peut-il être le miroir de ce qui est enfoui au plus profond de nous-même ?

Le miroir de l’âme

Prenons l’exemple de la jalousie. Lorsque vous êtes jaloux, vous avez peur. Peur de l’abandon, du rejet, de ne pas être suffisamment aimé. Votre mental vous fait croire à l’illusion que vous seriez plus heureux avec telle qualité, tel partenaire, tel travail… ce qui vous amène à ressentir de la jalousie.

Si l’on prend maintenant l’exemple de la honte, c’est la peur du jugement qui s’exprime alors. La peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas correspondre à l’image que vous voulez donner et pire, l’image qui vous semble être la bonne pour plaire à votre interlocuteur. Nous en revenons à l’illusion que crée la peur par notre mental. Fort heureusement, nous ne sommes pas ce que nous pensons, nous sommes ce que nous choisissons d’être. Gandhi disait «  le secret du bonheur, c’est l’alignement entre vos pensées, ce que vous dîtes et ce que vous faites. »

Lorsque vous mettez quelqu’un en colère, ce n’est pas ce que vous avez dit ou ce que vous avez fait qui le pousse vers ce sentiment, mais ce que vous vous êtes autorisés à dire ou à faire alors que lui-même s’en empêche. Juger quelqu’un c’est faire ressortir l’inexprimé, l’inacceptable pour soi-même.

 apple reflecting in the mirror

via sethwinterhalter.com

Le mirage de ce qui doit être

On remarque cela dans les relations sentimentales qui partent à la dérive : on se rencontre, on s’aime, on aimerait fusionner, puis on se perd dans l’autre. Du moins c’est ce que l’on ressent. Car nous souhaitons correspondre à ce que l’autre attend de nous, bien qu’il soit tombé amoureux de la personne que nous étions au départ.
On finit par ne plus se reconnaître soi-même, on rejette la faute sur l’autre qui ne nous reconnaît plus non plus et qui pourtant, aurait dû voir les efforts surhumains que nous avons faits pour lui correspondre au mieux, mais c’est de pire en pire… Dans ce schéma, l’échec de la relation est assuré. À la suite d’une séparation nous nous sentons défaits et nous avons le sentiment de devoir nous « reconstruire », puisque nous avons épuisé notre énergie à vouloir être quelqu’un d’autre.

Un couple sain fonctionne sur une tout autre approche. Les partenaires se connaissent bien eux-mêmes, ils assument leur personnalité et ne lissent pas leur comportement dans le but de plaire à l’autre. Ils sont entiers et assument leurs choix. L’acceptation et la compréhension mutuelle est alors possible.

La différence entre celui qui se connaît et l’autre, c’est que le premier regarde en lui, il s’observe. Il prend les émotions qui lui viennent avec détachement, il analyse pour comprendre ses sentiments et ses réactions et savoir d’où elles arrivent et quel message il doit alors intégrer.

S’aimer d’abordmiroir reflet coeur

Voyons un exemple concret de l’effet miroir :

Mon amie Lily m’a fait part d’une situation il y a quelques mois. Elle vivait en colocation avec une autre femme avec qui elle s’entendait à merveille. Pourtant lorsqu’elles recevaient des amis, une gêne s’installait toujours. Sa colocataire accaparait toute l’attention avec sa joie de vivre et son humour, cela agaçait Lily au plus au point.
Elle culpabilisait de ressentir de la colère contre la jeune femme puisqu’elle ne faisait rien de mal en soi. Mais c’était plus fort qu’elle, c’était comme si elle lui volait l’occasion de se dévoiler, elle aussi, drôle et pleine de joie de vivre. Mon amie se renfermait sur elle-même, créant l’effet opposé à ce qu’elle désirait. Elle était terrifiée à l’idée de ne pas être aimée, elle voulait renvoyer l’image d’une femme forte et sure d’elle mais n’avait pas suffisamment confiance en elle-même pour faire ressortir ces qualités.

Elle décida alors de s’observer sans se juger pour la première fois et d’observer sa colocataire comme son propre reflet. Les émotions qu’elle ressentait venaient, puis une fois observés, s’en allait sans efforts. Elle put enfin se concentrer sur le moment présent, elle riait des blagues de sa colocataire et participait naturellement aux conversations.  Depuis ce premier pas, elle a gagné en confiance et peut pleinement exprimer qui elle est, n’étant plus dans la peur mais dans l’amour, d’elle-même et des autres.

Lorsque nous sommes confronté à l’agacement à cause d’une autre personne, la théorie du miroir nous indique que ce sentiment est dû au fait que l’on ne s’autorise pas à exprimer cette douleur, qui se trouve déjà en nous. Mais c’est aussi une vérité applicable à l’amour, on ne parvient à aimer l’autre que si l’on parvient à s’aimer soi-même.

bonheur

Action, réaction

Si vous voulez de l’amour, soyez l’amour, incarnez-le réellement. On ne reçoit que ce que l’on donne et c’est dans ce sens qu’il faut comprendre l’effet du miroir. Toute action entraîne une réaction, cela s’appelle le Karma. Lorsque vous ressentez une émotion, vous engendrez automatiquement une réaction chez vous et chez les autres. Tout ce que nous vivons intérieurement est une énergie, chaque sentiment émet une vibration qui va attirer une réaction de même intensité.

En cessant de pointer du doigt les erreurs de l’autre et en prenant la responsabilité de nos ressentis, nous devenons enfin libres.

Que se passerait-il, si ce matin en allant au travail, vous décidiez que vous aimez profondément vos collègues et votre hiérarchie ? Vous pourriez être surpris des résultats en quelques heures à peine. Mais pour cela il faut vous accepter pleinement, avec vos défauts, vos doutes et vos peurs. Si vous acceptez que la peur n’est là que pour vous faire comprendre quelque chose d’essentiel à votre sujet, vous pourrez alors dépasser toutes vos limites. Aimez la peur, elle est une clé dans votre guidance vers le bonheur, vers votre être véritable.

Photo de couverture : “Introspection” de Giulia Marangoni


Partez à la découverte de ce que vous êtes réellement lors d’un séjour au cœur de l’Himalaya accompagné d’un maître bouddhiste. 

Tags: , , , , , ,

7 Responses

  1. Céline

    bel article!!

  2. Natacha

    intéressant article qui me montre que j’ai encore du chemin à faire dans ce domaine…Merci

  3. Delphine

    Merci, j’ai aimé ce voyage.

  4. huguette

    Merci

  5. Gigi

    C est de la magie…presque un amusement en fait

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top