Our Blog

S’inspirer

Et pour vous, qu’est-ce que la paix? by Tashi

20 December 2017

Le 16 décembre 1989, Sa Sainteté le Dalaï Lama reçoit le Prix Nobel de la Paix, un moment clé, qui redonne espoir à des milliers de personnes, y compris la communauté Tibétaine en exil. C’était il y a 28 ans que Sa Sainteté s’est levé sur le podium de Stockholm pour recevoir ce prix et exprimer ses espoirs au monde pour un avenir meilleur. Profitons de cette occasion pour nous rappeler le message que non seulement lui, mais aussi beaucoup de grands dirigeants du monde ont souhaité nous transmettre à tous en ces temps de tourmente et d’incertitude. L’équipe d’Omalaya vous a concocté une vidéo vibrante rassemblant les personnalités les plus marquantes de l’histoire du monde qui ont œuvré pour la paix, vers un idéal commun de partage et d’entente entre les peuples.  

Lire plus

Retour d’experience : rencontre d’un autre genre avec Lhamo la Chamane by Stéphanie

08 December 2017

Charlotte est une rédactrice de 29 ans qui aime vagabonder au rythme des projets la menant sur différents continents, à la rencontre de cultures aussi étonnantes qu’éparpillées dans le monde. Amoureuse des mots et habitée par l’idée de partager, elle fait régulièrement le bilan de ses aventures sur sa page Facebook : Culturetoi by Charlotte. De ses retours d’expériences, Charlotte nous livre aujourd’hui celle d’une rencontre avec Lhamo, femme chamane du Nord de l’Inde, réputée pour sa connexion profonde avec les esprits, pour ses dons de soin et de divination. Mettre de côté ses idées préconçues pour créer l’opportunité d’une rencontre chamanique Aller voir une chamane c’est se préparer à assister à un rituel étonnant où la personne en face de vous va absorber la douleur, apaiser les souffrances, dépoussiérer le corps et l’esprit. Dans mon cas, c’est Lhamo que je suis allée chercher ; la chamane tibétaine aux pierres, celle qui retire les mauvaises « choses » de votre corps et lit votre futur si vous lui demandez. Sa connexion avec les esprits est son outil pour vous raconter, pour vous soigner, pour vous purifier. Ce que je suis venue chercher L’adrénaline de l’expérience, la satisfaction d’une curiosité, l’envie de comprendre ces pratiques spirituelles qui soignent en étant si éloignées de nos médecines européennes. Pas besoin d’avoir de problème précis pour aller voir un chamane mais il est nécessaire de trouver un guide interprète qui pourra vous amener sur le lieu et traduire vos échanges. Ils travailleront en communion pour vous transmettre les messages en accord avec vos besoins. Si vous pensez n’avoir besoin de rien…vous pourriez être surpris. Rite chamanique : retenez-vous d’anticiper ce qu’il va se passer. Ce qui va se passer après, personne ne le sait vraiment. Quelles pensées vont émerger de votre esprit ? On ne peut jamais dire à l’avance, la non-anticipation est la clé de l’appréciation du rite chamanique. Retenez simplement qu’il faut avoir l’esprit un minimum ouvert mais laissez-moi préciser que même si vous ne paraissez pas réceptifs à la spiritualité ou à l’idée de canalisation, vous pourriez être étonnés par ce qu’il se passera en vous à ce moment présent. Déroulement d’une séance chamanique : entre transe et channeling Elle commencera par chanter en l’air, elle se vêtira de plumes et de son masque, sa voix se fera de plus en plus stridente et elle s’inclinera face à une présence que […]

Lire plus

Initiation au Yantra Yoga : exemples de postures tenues longtemps secrètes by Stéphanie

31 October 2017

Le Yantra Yoga est une pratique spirituelle tibétaine ouvrant les chakras du corps subtil. Longtemps tenue cachée, cette pratique a traversé les âges suivant une lignée secrète. Le système comprend 108 mouvements en séquence continue. Cette pratique s’apparente au Tai Chi qui avec un contrôle optimal des trois aspects, à savoir posture, mouvement et respiration permet une circulation de l’énergie vitale équilibrant les corps subtils et physiques.  Ce qui va suivre est un exemple de huit des postures qui réveillera avec douceur votre corps et esprit : ∴ Posture n°1 : Chakra Vishuddha  Bienfait : Ouverture du chakra de la gorge Posture : Position du lotus. Mouvement : l’adepte roule la tête dans le sens des aiguilles d’une montre puis dans le sens inverse. Respiration : un tour pour une inspiration – un tour pour une expiration … ∴ Posture n°2 : Accrocher l’air Bienfait : Fait sortir l’air vicié Posture : Position du lotus et bras à hauteur de la tête, paumes ouvertes et doigts repliés. Mouvement : Les bras sont abaissés en position crochet. Respiration : Expiration lorsque les bras sont abaissés. Inspiration lorsque les bras sont levés. ∴ Posture n°3 : Chakra Manipura Bienfait : Active le feu mystique, le tummo Posture : Position du lotus et les bras sont en angle droit par rapport au corps. Mouvement :  Les poings fermés viennent donner de petits coups réguliers sur le nombril. Respiration : un coup : une inspiration – un coup : une expiration …   ∴ Posture n°4 :  Chakra Anahta Bienfait : Aide le chakra du cœur à s’aligner Posture : Position du lotus, mains pressées sur la poitrine. Mouvement : Les coudes sont claqués alternativement contre le corps. Respiration : Alterner expiration/inspiration en suivant les mouvements. ∴ Position  n°5 :  Chakras en harmonie  Bienfait : Aligne et fait travailler les chakras ensemble Posture : Position du lotus et mains jointes derrière le cou, les coudes joints. Mouvement :  Les coudes se balancent de gauche à droite . Respiration : Alterner expiration/inspiration en suivant les balancements.   ∴ Posture n°6 : Chakra Manipura  Bienfait : Aligne le chakra nombril   Posture : Debout et mains jointes au niveau du cœur. Mouvement : Les jambes sont lancées en avant l’une après l’autre. Respiration : Alterner expiration/inspiration en suivant les mouvements. ∴ Posture n°7 : Chakra Muldadhar  Bienfait : Aligne le chakra racine       Posture : Position du lotus et mains […]

Lire plus

Thich Nhat Hanh, l’apôtre de la paix et de la non-violence by Stéphanie

Thich Nhat Hanh

17 February 2016

Nhat Hanh est un moine bouddhiste né en 1926. Né au Vietnam, cela explique qu’il porte la dénomination “Thich”, titre honorifique au Vietnam. Durant toute sa vie, il n’a pas cessé de prôner la non-violence et la paix. Voyageant partout dans le monde, il est parfois considéré comme le “second Dalaï-Lama”. Mais qui est donc cet inspirant personnage installé en France depuis plus de cinquante ans mais pourant méconnu de beaucoup d’entre nous ? Une jeunesse bien remplie Né dans le centre du Vietnam en 1926, il devient moine à l’âge de 16 ans. Auteur de plus cent textes publiés, c’est un écrivain et poète réputé à travers le monde entier. En 1950, alors qu’il n’est âgé que de 26 ans, il fonde l’Institut des Hautes Etudes Bouddhistes An Quang. Rapidement, cet institut deviendra le berceau des bouddhistes dans la lutte contre la non-violence pendant la guerre du Vietnam. En 1960, il envoie un rapport à l’université de Princeton présentant sa vision du Christianisme, du Judaïsme et de l’Islam. Immédiatement l’université lui propose de venir enseigner les religions comparées. Le voilà donc parti pour les États-Unis. L’année suivante, il enseigne le Bouddhisme à l’université de Columbia. Plutôt sympa à mettre sur un CV non ? De retour au Vietnam, il fonde l’Université Bouddhique “Van Hanh” en 1965. Dans sa lancée, il fonde l’Ecole de la Jeunesse Social. Derrière un titre un peu vague, cette école rassemble plus de dix mille travailleurs dans 42 provinces du sud du Vietnam. A une époque où le pays est ravagé par la guerre, ces travailleurs sont des véritables vecteurs de paix. Un tournant majeur dans sa vie En 1966, il est contrait à l’exil en Occident. Il avait lancé un appel contre la guerre du Vietnam, ce qui n’a pas plu au gouvernement américain. À partir de ce moment-là, il voyage en Europe, en Asie et en Australie. Il rencontre de nombreuses personnalités du XXème siècle à commencer par Martin Luther King. Ce dernier le recommande pour le prix Nobel de la paix, en vain. C’est également lui qui lui confère le surnom “d’apôtre de la paix et de la non-violence”. Il travaille également à plusieurs reprises avec le pape Paul VI. Ces voyages contribuent à développer sa renommée à travers le monde. En 1966, il est interdit de séjour dans les deux Vietnam. Il ne retournera dans son pays que trente-neuf ans plus tard, […]

Lire plus

Amma, la puissance d’Amour pour toute religion by Anne

Amma Omalaya

26 January 2016

On parle de plus en plus d’Amma, cette femme incroyable du sud de l’Inde qui prône en guise de toute religion un amour inconditionnel. En France elle nous a notamment été révélée par le récent film Un+ Une de Claude Lelouch. Jean Dujardin et Elsa Zylberstein se sont déclarés incroyablement touchés par cette femme hors du commun. Nous avons souhaité partager avec vous la vie et le message d’Amma. Une incroyable enfant Le formidable message d’Amma c’est avant tout l’histoire d’une petite fille, Soudhamani, née en 1953 dans un village de pêcheurs au Kerala, dans le sud de l’Inde. Toute petite elle montre des dispositions mystiques que sa famille ne comprend pas. Âgée de quelques années elle passe déjà des heures à méditer sur le bord de mer, apprend seule la pratique du yoga, compose des chants mystiques qui témoignent d’une profondeur et d’une sagesse peu communes pour son âge. Soudhamani est née dans une famille peu fortunée et lorsqu’elle vole du beurre ou des vêtements à ses parents pour nourrir et habiller les pauvres, sa famille se montre très sévère à son égard. La fillette subit beaucoup de privations et punitions et continue à donner tout ce qu’elle peut aux personnes nécessiteuses. Lorsque Soudhamani atteint l’âge de neuf ans, sa mère tombe malade et la fillette doit quitter l’école pour se consacrer aux travaux domestiques. Pour nourrir la vache de la famille elle fait du porte-à-porte afin de collecter les déchets de ses voisins. Soudhamani a été profondément affectée par cette pauvreté omniprésente en Inde. Si elle accepte le principe hindouiste selon lequel notre condition est liée à notre Karma, elle refuse que ce fait serve de prétexte à la passivité. A son échelle elle commence à répandre de l’amour, à vouloir poser un regard de tendresse sur chaque individu, quels que soient sa caste et son niveau social. C’est à ce moment-là qu’elle commence à étreindre les gens dans la peine, à leur offrir ce réconfort physique et mental qui lui vaudra le surnom d’Amma, la Mère. «  Si c’est à cause de son Karma qu’un homme souffre, n’est-il pas de notre devoir de rendre cette souffrance et cette douleur plus facile ? ». C’est avec cette profonde conviction qu’Amma avance dans la vie, pleine de confiance malgré les difficultés familiales. Amma explique : « En Inde, on attend des femmes qu’elles s’effacent. On dit que «  même les murs ne doivent pas […]

Lire plus

Les trois singes de la sagesse, un important symbole vieux de deux millénaires by Cyril

Trois singes mystiques

21 January 2016

Probablement avez-vous déjà vu trois singes en figurine ou en photos dont un se bouche les oreilles, l’autre la bouche et le dernier se cache les yeux. Mais savez-vous ce que cela représente ? En occident, on a l’habitude de les voir comme des objets décoratifs, on évoque peu leur vraie signification. Bien sûr, ce ne sont pas que des objets décoratifs… Origine Il est difficile de dater l’apparition des premiers singes de la sagesse. Ils furent introduits dans le bouddhisme par un moine aux environs du VIIème siècle. Selon la légende, ce moine était accompagné par un singe durant ses périples. Ce moine c’est Xuanzang, un des plus importants traducteurs des textes bouddhistes en Chine. Il quitta la Chine pour partir en Inde après avoir compris qu’il était temps qu’il parte à la recherche de textes bouddhistes pour les ramener en Chine. Toutefois, ce n’est pas lui qui inventa les singes, il se contenta juste de les faire connaitre et contribua à les développer. Les premières traces de ces « singes de la sagesse », remontent aux « Entretiens de Confucius », que l’on situe en général entre le IVème et le IIème siècle avant JC. Plusieurs légendes affirment que ces trois singes proviennent de la croyance japonaise Koshin. Cette dernière est fondée sur l’idée qu’en chaque être humain existent trois vers malfaisants, les Sanshi, qui une fois tous les soixante jours quittent notre corps pour aller rendre compte de nos péchés à une entité supérieure, Ten-Tei. Mais il est difficile de démêler la légende de la réalité. De plus, une des plus vieilles représentations connues de ces trois singes, se trouve sur la façade du temple Toshogu à Nikko au Japon. Les trois singes viendraient-ils du Japon ? C’est bien possible. Les trois singes mystiques comme on les appelle parfois, sont nommés les sanzaru. Leur prénom sont Mizaru, Iwazaru et Kikazaru. En japonais « san » signifie trois et saru signifie le singe. Avec le temps, saru est devenu zaru donnant le mot sanzaru.  Or, ‘zaru’ est une forme négative que l’on pourrait traduire par « ne pas ». La signification couramment admise « ne voit pas, n’entend pas et ne parle pas », pourrait donc provenir d’un jeu de mots dans la langue japonaise. Par ailleurs, dans la tradition japonaise, le singe est censé chasser les mauvais esprits. Signification Ces singes sont supposés représenter un moyen de ne pas ressentir le mal. Le sens le plus couramment admis […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top