Our Blog

Ressentir

LE CHAMANISME TIBÉTAIN by Tashi

17 October 2017

Tashi Gyalpo, fondateur de l’agence de voyage franco-tibétaine Omalaya Travel, se passionne pour les cultures anciennes et en particulier la culture himalayenne dans laquelle il a grandit. Aujourd’hui, riche de ses connaissances, il souhaite faire découvrir à l’homme moderne les traditions sacrées de l’Himalaya afin de les rendre accessibles mais aussi afin de les préserver. « C’est l’Histoire de Tsewang Sherap, femme ordinaire au destin extraordinaire que j’ai choisi de vous raconter aujourd’hui. À travers son histoire, c’est celle du chamanisme tibétain que j’aimerai partager avec vous. L’histoire de Tsewang Sherap se déroule au Ladakh, région située sur la pointe nord de l’Inde offrant des paysages lunaires inégalés au climat désertique. Une rivière sacrée traverse cette région : l’Indus qui prend sa source au Mont Kailash au Tibet. L’Indus serpente majestueusement à travers les vallées de deux des plus grandes chaînes de montagnes du monde, traversant des lieux fortement chargés d’énergies spirituelles car consacrés durant des siècles par de nombreux saints bouddhistes, érudits, mystiques, gurus et pèlerins. Beaucoup de nomades tibétains ont trouvé refuge sur cette terre d’accueil dont la culture est très proche des traditions tibétaines. C’est dans une de ces familles que Tsewang Sherap est née et a grandi. Descendante d’une lignée de chamanes dont le don ne se transmettait qu’aux hommes, elle vécut une enfance paisible et grandit en tant que bergère au milieu de ses bêtes, perchée dans l’Himalaya. Un jour, à l’âge de 30 ans, alors qu’elle était seule aux pâturages avec son troupeau, elle entra soudainement en transe. Consciente d’appartenir à une lignée de chamanes, elle réalisa petit à petit qu’elle devait être la première femme de sa lignée à recevoir en héritage le pouvoir lui permettant de se connecter à une énergie puissante. Suivant la tradition, elle partit alors à la rencontre d’un Lama tibétain afin de trouver un refuge spirituel et recevoir l’initiation lui permettant de s’ouvrir à cette énergie singulière. En effet, pour que le chamane soit authentifié comme tel, il doit se livrer à l’initiation de la cérémonie d’ouverture des chakras réalisée par un grand Rinpoche, maître bouddhiste. Cela permet d’assurer d’une part que la possession du chamane par la divinité protectrice se fait en douceur, et d‘autre part, que le chamane ne soit pas possédé par d’autres forces indésirables pendant la transe. Il peut en effet parfois arriver que des esprits peu connus ou inconnus (parfois venus d’autres religions) […]

Lire plus

VOYAGER EN INDE, UN APPRENTISSAGE DE LA LENTEUR by Stéphanie

12 October 2017

Tout ceux qui sont allés en Inde vous le diront : l’Inde retourne les sens et balaye les positionnements personnels ; plus qu’un pays, elle est une entité culturelle et spirituelle qui provoque en chacun de profonds changements. Pour nous européens, elle nous fait vivre une autre vitesse que celle de nos pays développés, loin des questions de rentabilité et d’efficacité. Elle est une reconnexion au présent et à la simplicité de la vie. Tout juste débarquée de l’avion, c’est le premier choc : l’Inde fourmille, déborde, attrape, appelle, grouille, court, gambade. Après le temps suspendu en l’air, lorsqu’une fois laissé derrière soi le pays natal on profite de cette langueur où plus rien n’est nécessaire, urgent ou impératif, on atterrit en pays inconnu, où les logiques, les mots et les gestes sont différents. On laisse peu à peu tomber nos schémas de pensées, nos connections rationnelles, nos idées reçues et jugements préconçus. Le voyage commence par apprendre à se fondre dans la diversité, à accepter pleinement la différence et le fait qu’il n’y a, jamais, de point de vue ou de vérité absolue. Voyager, c’est partir chaque matin vadrouiller dans les ruelles, explorer les chemins, croiser les regards, effleurer les présences. C’est écouter ses sensations, faire de ses sens l’outil principal pour indiquer la direction. La découverte se fait au rythme des pas et du souffle, qui respire à l’air libre, sans contrainte. Prendre le temps. C’est un mode de vie que l’on a souvent oublié. On a débarqué dans la vie, protégé au sein de la mère, on a grandi, on a rempli nos devoirs face à la société : aller à l’école, faire des études, trouver des jobs pour combler les trous, remplir les manques ; c’était ça, « apprendre la vie ». Et une fois l’ensemble accompli, on se rend compte que tout cela n’a absolument pas déterminé ce que nous allions faire du futur de notre vie. Un grand courant d’air s’ouvre. Plus rien ne nous retient. C’est le moment où l’on est pris dans un tourbillon, où pour la première fois, on a le choix de la pleine liberté. On l’a toujours eu, oui, mais là, on le sent dans notre ventre : une petite dose de courage, une étincelle de folie suffisent pour mettre le feu à la machine bien rodée, un peu trop étriquée. Et étonnamment, cela ne se fait pas à pleine vitesse. Cela se tisse petit […]

Lire plus

A la découverte des Retraites Spirituelles, un Outil de Profonde Transformation de Soi by Stéphanie

06 October 2017

Vous avez certainement entendu parler de retraites de yoga ou de méditation. Elles peuvent vous évoquer celles qui, telles de lointaines légendes, sont pratiquées par des yogis retirés depuis des dizaines d’années dans des grottes au cœur des montagnes himalayennes, ou celles, bien plus actuelles, proposés par des professeurs agréés sur quelques semaines, en bord de mer ou en montagne, hors des grandes villes. Mais qu’est-ce donc que ce phénomène florissant parmi les milieux du bien-être et des pratiques spirituelles ? Une retraite, qu’est-ce que c’est ?        Une retraite consiste à quitter quelques temps son quotidien pour se dévouer entièrement à une pratique spirituelle. Effectuer une retraite peut s’appliquer à des champs très divers de la spiritualité, et ainsi proposer des expériences variées, de la retraite religieuse à celle silencieuse de méditation. Impliquant un déplacement dans un lieu dédié, elles ont toutes pour objectif de permettre d’aller en profondeur dans une réflexion sur soi, par un emploi du temps consacré à celle-ci, où chaque activité parallèle nourrit et participe de la pratique. Le plus souvent effectuée en groupe, une retraite est une expérience personnelle de développement et de travail sur soi, qui passe aussi par une ouverture aux autres, de belles rencontres et une vie en communauté chaleureuse.   Une retraite, mais pourquoi ?        De quelques jours à plusieurs années, une retraite est un espace-temps que l’on ouvre pour respirer, se ressourcer, se découvrir et aller chercher à l’intérieur ses propres ressources.        De quelque type qu’elle soit, elle permet d’abord de prendre de la distance par rapport à son quotidien. En quittant pour un moment déterminé son chez-soi, on se tourne vers un lieu qui favorise le regard intérieur. Bien qu’inconnu, ce lieu devient vite un repère tranquille, bienveillant, qui permet d’accueillir les sensations, de se reposer, et de « faire le point ».        Elle est une coupure, un temps de vacance au sens le plus noble de « se laisser le temps » ; sortir de l’agitation de ses occupations et regarder autour de soi, contempler ce qui nous entoure. Toute retraite est une méditation en ce qu’elle laisse les événements extérieurs se déposer dans notre esprit. La retraite constitue ainsi un espace global dans lequel on prend le temps d’ouvrir une respiration. Même inconsciemment, par cet espace ouvert germe la graine d’une évolution. C’est d’ailleurs souvent après coup que l’on prend conscience que l’on a soigné les doutes et apaisé le mental, […]

Lire plus

RÊVER EN YOGA, LA PRATIQUE DU YOGA NIDRA by Stéphanie

02 October 2017

Le Yoga Nidra est une branche du yoga mise au point par Swami Satyananda dans les années 50, à partir de divers rituels très anciens actualisés pour son époque. Découvrons ensemble cette pratique de la méditation qui fait appel au rêve et  au travail de l’inconscient comme outil thérapeutique pour mieux vivre chaque jour. Qu’est-ce que le Yoga Nidra ? C’est une méditation qui permet une relaxation très profonde de toutes les couches de l’être, autant physique que mentale et émotionnelle. Elle est de plus en plus appréciée dans nos sociétés contemporaines, car elle apporte immédiatement de nombreux bienfaits, est très accessible et facile à mettre en place. Cette pratique apporte une solution aux maux de notre époque et permet de reprendre la maîtrise sur nos troubles : elle supprime les tensions musculaires, apaise le stress, permet un profond ressourcement. Elle est réputée pour améliorer considérablement la qualité du sommeil. En effet, vingt minutes de yoga nidra équivaudrait à une heure de sommeil profond ! Le Yoga Nidra est un travail sur notre inconscient. Il est l’expérimentation consciente de l’état entre rêve et sommeil profond, sorte de « sommeil lucide ». Alliant concentration et contemplation, la sophrologie et l’auto-hypnose entre autres s’en sont beaucoup inspirées. En quoi consiste une séance de Yoga Nidra ? La séance se passe allongé sur le dos, yeux fermés. Elle commence par l’émission d’une intention, « sankalpa », qui prend la forme d’une courte phrase que l’on va ancrer dans notre subconscient durant la séance. Cette résolution personnelle est déterminante, car elle matérialise un souhait de transformation, dans le but de se rapprocher de ses aspirations personnelles. La voix de l’instructeur guide ensuite les participants vers une relaxation physique. Il les invite à prendre conscience de leurs corps, de leur respiration, des perceptions qu’ils ont de l’environnement, des sensations qu’ils ressentent. Cette détente va peu à peu se transmettre au plan émotionnel. A ce stade, l’esprit est maintenu éveillé dans un corps endormi. La voix guide l’esprit dans une méditation simple et ouverte, sensible. Lorsque la fin approche, la conscience est ramenée dans ses perceptions physiques, et la voix nous invite à repenser au souhait émis en début de séance, afin de diriger l’énergie vers lui. Que se passe-t-il durant la séance ? Lors de la pratique du Yoga Nidra, le métabolisme est ralenti. L’esprit pénètre dans un niveau de conscience alpha, état modifié, intermédiaire […]

Lire plus

Thich Nhat Hanh, l’apôtre de la paix et de la non-violence by Stéphanie

Thich Nhat Hanh

17 February 2016

Nhat Hanh est un moine bouddhiste né en 1926. Né au Vietnam, cela explique qu’il porte la dénomination “Thich”, titre honorifique au Vietnam. Durant toute sa vie, il n’a pas cessé de prôner la non-violence et la paix. Voyageant partout dans le monde, il est parfois considéré comme le “second Dalaï-Lama”. Mais qui est donc cet inspirant personnage installé en France depuis plus de cinquante ans mais pourant méconnu de beaucoup d’entre nous ? Une jeunesse bien remplie Né dans le centre du Vietnam en 1926, il devient moine à l’âge de 16 ans. Auteur de plus cent textes publiés, c’est un écrivain et poète réputé à travers le monde entier. En 1950, alors qu’il n’est âgé que de 26 ans, il fonde l’Institut des Hautes Etudes Bouddhistes An Quang. Rapidement, cet institut deviendra le berceau des bouddhistes dans la lutte contre la non-violence pendant la guerre du Vietnam. En 1960, il envoie un rapport à l’université de Princeton présentant sa vision du Christianisme, du Judaïsme et de l’Islam. Immédiatement l’université lui propose de venir enseigner les religions comparées. Le voilà donc parti pour les États-Unis. L’année suivante, il enseigne le Bouddhisme à l’université de Columbia. Plutôt sympa à mettre sur un CV non ? De retour au Vietnam, il fonde l’Université Bouddhique “Van Hanh” en 1965. Dans sa lancée, il fonde l’Ecole de la Jeunesse Social. Derrière un titre un peu vague, cette école rassemble plus de dix mille travailleurs dans 42 provinces du sud du Vietnam. A une époque où le pays est ravagé par la guerre, ces travailleurs sont des véritables vecteurs de paix. Un tournant majeur dans sa vie En 1966, il est contrait à l’exil en Occident. Il avait lancé un appel contre la guerre du Vietnam, ce qui n’a pas plu au gouvernement américain. À partir de ce moment-là, il voyage en Europe, en Asie et en Australie. Il rencontre de nombreuses personnalités du XXème siècle à commencer par Martin Luther King. Ce dernier le recommande pour le prix Nobel de la paix, en vain. C’est également lui qui lui confère le surnom “d’apôtre de la paix et de la non-violence”. Il travaille également à plusieurs reprises avec le pape Paul VI. Ces voyages contribuent à développer sa renommée à travers le monde. En 1966, il est interdit de séjour dans les deux Vietnam. Il ne retournera dans son pays que trente-neuf ans plus tard, […]

Lire plus

Les mantras, ces sons sacrés by Cyril

Moine avec un mantra

01 February 2016

Chez les bouddhistes, il est fréquent d’entendre des moines réciter des phrases et des syllabes dont bien souvent le sens nous échappe. La seule chose sûre c’est que les sonorités se répètent. Mais pourquoi est-ce si important pour eux? Quel est donc le sens de ces paroles ? Sont-elles des formules magiques pour invoquer une divinité? Intéressons-nous de plus près à une pratique fondamentale du bouddhisme et aussi de l’hindouisme : les mantras. Signification Dans la tradition bouddhiste, on trouve souvent des mantras : sur des rochers, sur les drapeaux à prières, sur du papier,… Le mot mantra provient du sanskrit. Il peut être traduit par « instrument de pensée ». D’un point de vue littéral, la particule ‘man’ signifie l’esprit pendant que ‘tra’ signifie protéger. Tout de suite, on trouve l’idée de protection de l’esprit. Mais la question reste la même : qu’est ce que ce moyen de protection de l’esprit? Un mantra est une syllabe ou une phrase sacrée dotée d’un fort pouvoir spirituel. À l’origine, ils proviennent du son originel, OM. Leurs pouvoirs proviennent de la répétition de sons bénéfiques pour les humains. Ils se basent sur les deux pouvoirs inhérents au son pour modifier leur environnement ; – la vibration de l’air qu’il provoque – sa résonance Par ces modifications de l’environnement, la personne qui récite les mantras « purifie » son environnement ainsi que celui des gens situés autour d’elle. Utilisation Les utilisations communes des mantras sont diverses ; protection des êtres vivants, célébration, invocation d’une divinité, support à la méditation,… ce qui explique que l’on retrouve des mantras dans beaucoup de textes sacrés bouddhistes. Traditionnellement, les moines récitent souvent des mantras en tenant leur mâlâ à la main afin de compter les récitations des syllabes sacrées. Cependant, leur utilisation n’est pas propre au bouddhisme, quoiqu’ils soient souvent associés à cette religion. On retrouve aussi des mantras dans l’hindouisme et le jaïnisme par exemple. Les mantras peuvent être utilisés en vue de faire circuler l’énergie dans le corps ou encore pour évacuer le stress. La répétition de sons sacrés permet à notre esprit de se concentrer et de faire le vide. Contrairement à une idée répandue, la récitation d’un mantra peut également se faire de façon silencieuse. En effet, ce qui compte n’est pas l’intonation ni le volume sonore du mantra, mais la concentration avec laquelle on le récite. Ainsi, si une personne récite un mantra pendant plusieurs heures puis s’arrête et […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...