Our Blog

July 2019

Le Dalaï-Lama et Desmond Tutu : deux visages de la paix et de la non-violence à Dharamsala by Julianne

Dalaï Lama et Desmond Tutu Book of joy

19 July 2019

Faute de visa accordé pour l’Afrique du Sud, le Dalaï Lama n’avait pas pu célébrer les 80 ans de son ami Desmond Tutu. Malgré les obstacles qui se dressent entre les deux hommes, rien n’arrête leur amitié, et cette année, c’est Desmond Tutu qui honore les 80 ans de Sa Sainteté en son lieu de résidence de Dharamsala, Inde. Le 23 avril, devant la nouvelle génération du Tibet, au « Tibetan Children village », l’archevêque sud-africain a lancé un message d’espoir. Deux hommes, un même combat contre l’oppression Depuis son exil du Tibet en 1959, le Dalaï-Lama et avec lui le peuple tibétain se battent pacifiquement contre l’oppression chinoise, dans l’espoir qu’un jour, ils pourront de nouveau vivre libres sur leurs terres et en accord avec leurs traditions. C’est précisément cette lutte contre l’oppresseur qui réunit ces deux personnalités spirituelles que sont Sa Sainteté le Dalaï-Lama et le révérend Archbishop Desmond Tutu. Aux côtés de son ami, Desmond Tutu a donc parlé en connaissance de cause. Lui aussi a connu, comme le Dalaï Lama depuis plus de cinquante ans, l’oppression de son peuple durant l’apartheid en vigueur en Afrique du Sud de 1948 à 1991. Lui aussi a lutté contre ces injustices en faisant le choix de la non-violence. Un message d’espoir  Ainsi, lorsqu’il s’adresse au parterre d’enfants assis devant lui, Desmond Tutu lance un message d’espoir. Il n’aurait jamais imaginé la victoire des libertés du peuple noir en Afrique du Sud. Il ne pensait pas que son « bien-aimé » Nelson Mandela sortirait de sa prison de Robben Island. « Mais youhou ! » s’exclame l’octogénaire devant la foule amusée. Après son combat pour les libertés en Afrique du Sud, qui lui a valu un prix Nobel de la Paix, Desmond Tutu s’est engagé pour la cause tibétaine. En 2009, aux côtés de 10 000 signataires, il exhorte le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme d’envoyer des agents de l’ONU au Tibet et d’établir un rapport à la communauté internationale. Il n’a pas manqué de rappeler son engagement, en affirmant qu’un jour, « la Chine se rendrait compte que la liberté est moins chère que l’oppression », et que la jeune génération retournerait vivre dans un Tibet libre.  Une journée de la joie  Après le discours des deux Hommes, place à la célébration ! Le 23 avril,  sur le terrain de basket de l’école tibétaine, on célébrait, un peu en avance certes, les 80 ans du Dalaï […]

Lire plus

Qui sont les Dalaï-Lamas ? Focus sur la plus importante lignée de chefs spirituels by Stéphanie

dalai lama chat

18 July 2019

  Aujourd’hui le Dalaï Lama est devenu l’une des personnalités les plus connues de nos sociétés modernes. Son sourire communicatif, sa sagesse et ses yeux rieurs ont fait plusieurs fois le tour du monde, Sa Sainteté a rencontré la plupart des grands dirigeants et guidé de nombreuses âmes, bouddhistes ou non.   Mais saviez-vous que le titre Dalaï Lama est dérivé du langage mongol ? Y-a-t-il eu des Dalaï Lama avant même que la fonction ne soit inventée ? Quel est son rôle concrètement ? Comment est-il choisi ? Qui fût le premier d’entre eux ? Ces quelques recherches sur l’origine du mot Dalaï Lama permettront d’éclaircir le concept de Chef spirituel et temporel du Tibet. La tradition du Yon Mchod : la condition de l’existence du statut de Dalaï Lama « Yon Mchod » : relation traditionnelle de maîtres à chapelains instaurée par l’école religieuse des Sakyapa. Le dignitaire religieux est considéré comme le maître spirituel qui délivre enseignements et initiations au monarque tandis que ce dernier doit assurer la protection et l’affluence de dons pour le bien être de la doctrine. C’est le modèle tibétain idéal de relation avec les souverains étrangers. Même si ce lien perdura de manière équilibrée pendant quelques siècles, les valeurs et principes s’effritèrent laissant place à une relation de plus en plus inégale au profit des souverains.   Le terme « Dalaï Lama » : un « océan de sagesse » inventé par les mongols Altan Khan l’empereur mongol donna alors au troisième abbé de Drépoung, monastère Guélougpa, le titre de Dalaï Lama « Maître vaste comme l’océan » en 1578. ♦ Lama signifiant la désignation d’un être supérieur en tibétain. ♦ Dalaï faisant référence au mot mongol « dalai » qui signifie grande étendue d’eau traditionnellement traduit par « océan ». Attention, ça se complique ! Le premier Dalaï Lama ne serait en fait pas le premier… Explications : Les deux premiers abbés sont donc considérés comme les Dalaï Lama originaux, même si le titre n’existait pas encore au moment de l’exercice de leurs fonctions. Le premier Dalaï Lama officiellement nommé est donc en réalité le troisième de la lignée… vous suivez toujours ? Comment devient-on Dalaï Lama : réincarnation et quête de l’élu Avez-vous entendu parler des tulkous ? Ce sont eux qui sont à l’origine des Dalaï Lama qui sont tous issus de cette lignée de personnalités religieuses hautement reconnues dans […]

Lire plus

Médecine tibétaine (5/5): les applications en médecine occidentale moderne by Anne

medecinetibetaine

17 July 2019

La médecine tibétaine est une science traditionnelle ancestrale, mais loin d’être dépassée, obsolète ou de relever d’une éphémère mode “new age”, elle est aujourd’hui une source d’inspiration pour la médecine moderne occidentale. Nous vous proposons quelques exemples de son application moderne.   Ces médecins tibétains qui opèrent des miracles dans le monde occidental : Docteur Yeshi Donden Après avoir été pendant vingt ans le médecin personnel du Dalaï Lama,Yeshi Donden  a révélé le savoir tibétain au monde en créant en 1995 la première filière dédiée à la médecine tibétaine traditionnelle au sein de l’université de Californie. Cette branche est notamment dédiée à la lutte contre le cancer du sein. Le docteur Yeshi Donden a guéri des centaines de personnes, dont certaines en phase terminale de cancer, à l’aide des anciennes thérapies tibétaines par les plantes et reste un modèle pour bien des cancérologues occidentaux. Pour arriver à une telle compréhension de sa discipline c’est à 12 ans que le jeune Yeshi Donden a commencé à étudier la médecine tibétaine! © tibetanwhoswho   Dr. Tamdin Sither Bradley Après ses études à Dharamsala, le docteur Bradley est parti exercer à Londres et fut l’une des fondatrices de l’ Association Britannique de Médecine Tibétaine. Le docteur Bradley s’est fait connaitre par l’efficacité de ses traitements contre le diabète, l’asthme, les rhumatismes, l’arthrite, les difficultés respiratoires, l’obésité et les ulcères. Elle est également réputée pour avoir mélangé les pratiques occidentales et tibétaines dans la confection de remèdes naturels qui ont connu un grand succés , on peut les trouver ici.         Padma 28 : un médicament d’inspiration tibétaine. Padma 28 est un médicament aux plantes, commercialisé en Suisse et issu de la médecine tibétaine. Il doit son succès international à son efficacité pour guérir des problèmes cardiaques et immunitaires ou de circulations sanguine. Il est également reconnu comme un antioxydant majeur, un combattant efficace de l’arthrite, de la sclérose en plaques, et de la maladie d’Alzheimer ! Selon la tradition de la médecine tibétaine, les propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes qui permettent de favoriser la circulation et de lutter contre les infections des voies respiratoires sont attribuées aux formules à base de camphre. La composition de Padma 28 est basée sur ces mêmes formules.   Quelques témoignages La médecine traditionnelle tibétaine commence à se répandre progressivement à travers le monde et gagne à être connue. Cette médecine alternative peut être utilisée en remplacement d’une médecine occidentale moderne […]

Lire plus

Médecine traditionnelle tibétaine (4/5): Rituels et bénédictions autour des remèdes. by Anne

crédit photo: french people daily

17 July 2019

 Si la médecine tibétaine a pour principe très simple de se reconnecter à l’essentiel de notre corps et de la nature, la confection des remèdes elle, n’a vraiment rien de simple et nécessite une connaissance ancestrale de la nature liée aux pratiques sacrées. En cas de déséquilibres physiques ou mentaux et de maladies, l’amchi/ médecin tibétain vous recommandera d’abord un changement de mode de vie et de régime alimentaire en accord avec votre constitution. En complément ou si ces changements ne suffisent pas, c’est alors que l’on prescrira un traitement médicamenteux. Une pharmacopée impressionnante Les plantes qui entrent dans la composition des remèdes tibétains sont soigneusement choisies puisque c’est le Bouddha de la médecine lui-même qui les a sélectionnées et présentées dans son mandala de guérison. Le cahier des charges de la pharmacopée tibétaine est assez impressionnant : l’ensoleillement, la géographie, l’altitude, les énergies qui irradient d’un lieu sont autant de facteurs à réunir pour qu’une plante puisse entrer dans la composition d’un remède. Ainsi par exemple les montagnes enneigés du nord du Tibet vont pouvoir fournir les plantes qui guérissent les maladies chaudes (maladies entraînées par un déséquilibre de type Tripa), comme le bois de santal, le camphre, la réglisse. Cannelle, gingembre et poivre noir, ces épices qui soignent les maladies froides, vont être récoltées sur la Montagne Malaya de l’ouest du Tibet. Une confection minutieuse La confection de ces petites pilules n’est pas une mince affaire. En effet un simple cachet peut nécessiter un processus de 40 jours de confection et jusqu’à une centaine d’ingrédients. Le principe de la médecine tibétaine, lié au bouddhisme, est de faire agir les éléments en synergie. Ainsi, même si chaque plante à ses propres propriétés, le remède n’est efficace que par de savants assemblages. Sans parler de la longue et fastidieuse formation d’amchi (jusqu’à dix ans d’apprentissage de la médecine) ou d’herboriste requise pour réunir ces plantes dans une pilule. Les formules centenaires de ces remèdes sont bien gardées et certaines ne se transmettent que de maître à élève pour éviter les abus et les déviances de charlatans. Une prise de traitement mystique Une fois la pilule confectionnée, nous ne sommes pas pour autant tirés d’affaire. La prise du traitement, bien que simplifiée aujourd’hui, est à l’origine tout aussi méticuleuse que sa confection. Ainsi l’influence du calendrier astrologique est de première importance : la lune et les planètes vont décider du meilleur moment pour se soigner. Au […]

Lire plus

Médecine traditionnelle Tibétaine (3/5): adapter son alimentation et son mode de vie. by Anne

Medecine-tibetaine

17 July 2019

Maintenant que vous avez déterminé votre type d’énergie dominant en médecine tibétaine ( pour savoir si vous êtes Lung, Tripa ou Bekan, cliquez ici), nous allons vous livrer quelques conseils pour améliorer votre santé, en adaptant votre alimentation et en faisant attention aux saisons et climats qui vous sont bénéfiques. En médecine tibétaine, les différents goûts et saveurs sont associés aux cinq éléments qui composent notre corps, en différentes proportions selon les individus. Ces saveurs permettent de rééquilibrer nos énergies pour nous préserver des maladies.   Ex : + Une personne de type Tripa, associée au feu, de tempérament chaud, peut réduire ce déséquilibre en consommant du yaourt frais. + Le goût acide rend les gens plus vifs d’esprit et favorise la clarté de leurs pensées et émotions, on le conseillera donc aux personnes de type Lung. Adapter son alimentation et son environnement à son type : Lung, vent Si vous êtes de type dominant Lung, la médecine tibétaine vous recommande un régime riche en protéines. Il est important pour vous de prendre trois repas par jour avec régularité, et le petit déjeuner doit être le pilier de votre journée. Des plats comme le muesli et le porridge sont particulièrement indiqués, et pourquoi ne pas tester une boisson protéinée comme le bouillon de viande ? Il vous est conseillé de dîner tôt pour lutter contre les insomnies. Les aliments sucrés, aigres, salés sont particulièrement indiqués pour augmenter la température interne du corps et lutter contre le froid qui vous est néfaste. L’huile de sésame ou d’olive, le beurre, l’avocat, les légumes frits… sont autant d’aliments riches qui vous seront bénéfiques. En cas de déséquilibres d’ordre Lung, la noix de muscade vous aidera particulièrement. Vous devez cuire ou réchauffer votre nourriture, et les fruits cuits (rhubarbe, pomme..) vous sont conseillés. A éviter : glaces, fruits frais, desserts froids, pommes de terre, plats préparés, café. Les désordres de types Lung, basés sur l’élément air et le froid qu’il apporte, s’aggravent dans un environnement froid et venteux. Les problèmes de types Lung commencent au printemps, sont actifs en été et disparaissent à l’automne. Soyez particulièrement prudents les soirs et les matins d’automne. Tripa, feu Pour les personnes de types Tripa, la médecine tibétaine recommande les aliments sucrés, amers (pour stimuler l’estomac), et astringents (pour resserrer les canaux et maintenir l’énergie). Les crudités, le tofu froid, les salades, les graines germées, le yaourt, les jus de fruit frais sont particulièrement indiqués. […]

Lire plus

Médecine traditionnelle Tibétaine (2/5) : reconnaître son type d’énergie dominant by Anne

17 July 2019

Les cinq éléments (air, terre, feu, eau et espace, appelé aussi éther) sont au cœur de la médecine tibétaine comme de la majorité des systèmes de médecine ancestraux. Notre corps est régi par ces cinq éléments qui sont représentés par trois principes dynamiques: + Lung, le principe de mouvement, est associé aux éléments air et espace, ce tempérament correspond au vent. + Tripa, le principe de chaleur, est associé au feu, ce tempérament correspond à la bile. + Bekan, le principe de stabilisation et de rafraîchissement du corps, et associé aux fluides (eau et terre). Ce tempérament correspond au flegme . Dans un corps parfaitement sain, ces trois énergies sont équilibrées. En dehors de ces rares cas, nous subissons tous des disharmonies dans ces trois principes dynamiques. Ces déséquilibres, qui sont causes de maladies, peuvent être associés à un défaut d’alimentation, à un rythme de vie non adapté, aux conditions climatiques et bien sûr à notre état d’esprit et à nos déséquilibres mentaux. Connaître son ou ses types d’énergies dominantes peut donc aider à adapter son mode de vie et à se protéger des maladies. Il existe des caractéristiques physiques, mais aussi des traits de caractères, révélateurs de notre type d’énergie dominant, car celui-ci influe également sur nos humeurs et nos émotions. Même si rien ne vaut une consultation par un amchi/ médecin tibétain pour déterminer votre type d’énergie dominant, nous vous livrons ici quelques pistes. Bien sûr, nous subissons des déséquilibres des trois types et nous pouvons nous reconnaître dans plusieurs rubriques. Lung Les personnes de type Lung sont plutôt minces et de constitution froide, elles ont besoin de manger fréquemment mais peu. Les climats qui correspondent le mieux à cette nature sont les climats neutres. L’énergie Lung correspond dans notre corps à la respiration, la force de vie, l’énergie. Ainsi les tempéraments de vent,  Lung , vont être des personnes sensibles, qui sont très influencées par leurs émotions, qui s’attachent facilement. Ce sont des personnes gaies, travailleuses, qui ont une réceptivité développée aux sentiments des autres. Elles ont tendance à souffrir de stress, d’anxiété, d’insomnie. En médecine tibétaine, le poison qui correspond à ce déséquilibre est l’attachement, qui mène à la passion. Ces tempéraments sont donc plus facilement enclins à l’orgueil, l’avidité, la peur. Tripa Les personnes de type Tripas sont généralement bien en chair, ils sont sensibles à la faim et à la soif, possèdent un teint clair et transpirent facilement. La Bile correspond au soleil et en tire son énergie. Le climat qui correspond le mieux pour calmer […]

Lire plus

Découvrez d'autres
articles, vidéos, évènements
et bien plus...

Scroll To Top